La Mélancolie des dragons : voyager en AX

En attendant de retrouver le chemin des salles, et pour se remettre un peu en tête le goût des espaces infinis des plateaux de théâtre…
Merci aux Amandiers-Nanterre de nous faire le cadeau de cette captation (parmi les richesses de leur chaîne vidéo ), et au site Theatral Magazine de s’en être fait, entre autres, le relais.
Un petit copier-coller => une heure vingt – sans mélancolie ni dragons. Ou (puisque « l’essentiel est invisible pour les yeux ») avec ?
vimeo.com/403609557/c4a19e6f96

 
@ Martin Argyroglo
 
Qui, sérieusement, n’a pas envie d’entendre l’autoradio d’une vieille AX crachoter Still living you,
au milieu d’une route de campagne couverte de silence et de neige ?
Qui, soyez honnêtes !, n’a pas envie de voir naître du merveilleux à l’aide de bâches gonflables,
d’une machine à bulle et d’une flûte à bec ?
 

« – 7 jours ? pour la tête de delco ?
– En même temps, vous êtes bien, là, non ? »

 
Le titre est magnifique, la scénographie spectaculaire et incroyablement émouvante, le metteur en scène et ses acteur•rice•s ont un sens délicieux des blancs, des suspens, du faux naturel, de ces ruptures de rythme qui font naître le trouble et le rire.
Dans une somptueuse forêt hivernale, une troupe de métalleux artistes ambulants post-modernes plante le décor improbable et bricàbracesque d’un parc d’attraction à deux sous (le futur Parc Dürer. Ou Parc Melancholia. Ou Parc des songes et des libertés. Ou Parc André Malraux. Ou Parc Antonin Artaud). Cette bande de lascars dépenaillés qui croit à la magie du spectacle et de l’amitié nous contamine de leur folie…
A bas bruit, d’un souffle de ventilateur portatif, ils nous ébouriffent, nous questionnent et creusent des minuscules galeries dans nos cerveaux pour y faire passer le vent du merveilleux et de l’incongru.

Un rafraîchissant, décalé, tendre et bel hommage aux arts salutaires du spectacle et du rêve !

 

Marie-Hélène Guérin

@ Martin Argyroglo

La Mélancolie des dragons
Spectacle créé le 31 mai 2008 aux Wiener Festwochen, Autriche.
Conception, scénographie et mise en scène Philippe Quesne
Avec Isabelle Angotti, Rodolphe Auté, Cyril Gomez-Mathieu, Joachim Fosset, Sébastien Jacobs, Victor Lenoble, Émilien Tessier, Gaëtan Vourc’h

Prochain rendez-vous avec Philippe Quesne aux Amandiers-Nanterre imminent ! Du 15 au 20 décembre, avec la reprise de L’Effet de Serge.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *