Parfois ils crient contre le vent : Enfin pleurer !

Il y a quelque chose de l’enfance et du jeu funambulesque et somnambulique, quelque chose de l’enfance de l’art dans ce spectacle circassien tout public, quelque chose qui a fait défaut pendant toute cette année quasi assignés à résidence, et que les corps et les voix des artistes sur le plateau, leur structure bizarroïde et la présence nombreuse du public nous restituent avec violence, humour et folie.


structure de jour © Isabelle Buisson / structure de nuit © akphotos/cie Cabas

C’est au Théâtre des Roches, à Montreuil (93) que j’ai pu une nouvelle fois m’émerveiller face à un spectacle de théâtre et me sentir submergée par une forte émotion et pleurer, tandis que ma fille de 7 ans, avec moi sur les gradins de bois, derrière ceux assis par famille ou par groupe, par terre sur des tapis de fausse herbe installés sur la pelouse du jardin du Théâtre des Roches, dans le respect des distances, tandis que ma fille donc, riait aux éclats et applaudissait à tout rompre charmée par les pitreries et la folie ambiante.

Parce qu’il faut vous dire que l’envoûtement par ce spectacle est presque immédiat et qu’on ne décroche pas les yeux de l’échafaudage sur lequel voltigent, chantent, parlent et s’égosillent les comédiens, à plusieurs mètres de haut glissant parfois au sol ou feignant de tomber pour faire encore plus palpiter nos cœurs.
 

© Sophie Perez

Ça commence par des bouts de linge, des bouts de tissus lavés qui bientôt servent de cordage pour hisser les corps sur l’échafaudage. Tissus comme autant de liens qui nous relient tous.

Puis le banjo se met à jouer avec pour interprète un homme dressé tout en haut de l’échafaudage. Il est un peu comme le poète solitaire, le Roméo attendant une Juliette qui ne viendrait jamais, l’âme dont les cordes nous envoient l’interzone de ses sons et nous placent dès l’instant dans un univers qu’on ne quittera plus pendant une heure.

Puis peu à peu les corps s’animent, avec des mouvements qu’on prendrait pour rien, pour des maladresses et qui là aussi font le charme démantibulé de ce qui nous est donné à voir. Ce sont les corps de SAID MOUHSSINE, acrobate au mât chinois, YOUNES ES-SAFY, acrobate aux sangles, COLLINE CAEN, voltigeuse au cadre aérien, TOM NEAL, acrobate à la roue Cyr, CECILE YVINEC, voltigeuse au trapèze volant, cadre coréen, tous habillés comme en ville ou comme à la campagne, selon la figure du personnage qu’ils incarnent.

Et bientôt les mots viennent et l’on comprend que tous ceux-là souffrent de leurs différences, de leurs difficultés à communiquer, à se comprendre, à être ensemble et à s’accepter, à accepter les cultures des autres et de leur solitude. Ils s’expriment tour à tour dans une langue tantôt poétique, tantôt hystérique, s’interrogeant et nous interrogeant comme des ingénus, en français, en arabe et en anglais, formant chacun un archétype d’une culture, une tentative d’esquisses dans lesquelles les spectateurs pourront s’engouffrer ou reconnaître leur voisin. Il y a, par exemple, la femme de gauche aux penchants germaniques trouvant sa fraternité dans les tablées, les échanges avec d’autres de cultures éloignées, qui pensera périr dans bus au fin fond du Maroc.
 

© Sophie Perez

Et parfois, le calme survient dans une langue apaisante délivrant des différences et fédérant les peuples pour qu’ils relèvent la tête :

« Il existe des vents de toutes sortes. Ceux qui appellent, poussent dans le dos, les vents de révolte, les vents froids, ceux qui s’engouffrent dans les cous, les ventres ou entre les doigts. Les vents qui murmurent des choses que nous ne pourrons plus ignorer, qui siffleront à jamais en nous. Les vents épais, fous, ceux qui sèchent les bouches des nourrissons, les vents qui sèment le doute, et ceux qui portent les pollens et les bonnes nouvelles, fertiles. Le vent n’a pas de frontière, sans histoire, sans passé, sans futur, sans papiers. Il ne fait pas de différence, n’a pas de préférence, il balaie, sèche les larmes, emporte les cris, déplace la poussière, remue les vagues qui engloutissent les bateaux. Mais il n’est pas question de se résigner, à la manière des enfants, qui parfois crient contre le vent, osons. Il restera alors peut-être du vent, autre chose que les traces de sable sur nos carreaux. »

Tandis qu’ils s’expriment sur le manque de fraternité et le déni de solidarité, ils dessinent une procession où chacun viendra prendre soudain la parole, s’imposant dans l’urgence et dégageant du premier plan celui qui est en train de parler, en train de nous dire quelque chose de sa douleur et de ce qu’il ne supporte plus pour prendre cette place à son tour. Et c’est bien sûr la femme de l’Est qui aura le moins la parole, qu’on écoutera le moins, qu’il faudra tout de même inclure et qu’il faudra sauver. Parce qu’ils se sauveront tous comme des naufragés agrippés à leur structure en échafaudage, allant au bout de leurs limites vocales et jusqu’à l’épuisement de leurs corps, dans le tourbillon de la musique.

On en ressort un peu changé.

Isabelle Buisson

 

PARFOIS ILS CRIENT CONTRE LE VENT par la Compagnie Cabas
Mise en scène : Sophia Perez
Chorégraphie : Karine Noël
Collaboration chorégraphique et scripturale : Amin Boudrika
Auteurs interprètes : Said Mouhssine Acrobate au mât chinois, Younes Es-Safy Acrobate aux sangles, Colline Caen Voltigeuse au cadre aérien, Tom Neal Acrobate à la roue Cyr, Cecile Yvinec Voltigeuse au trapèze volant, cadre coréen

 
PROGRAMMATION : 17 juillet à 20h : Turbul en Chap Association Appel d’Air / Nîmes (30) – 23 juillet à 18h30 : Festival Eclat(s) de rue / Caen (14) – 25 septembre à 18h : en extérieur, Espace Culturel Houdremont / La Courneuve (93)
 

TEASER suite aux résidences d’avril 2019 au Cheptel Aleïkoum et aux Transversales : https://www.facebook.com/ciecabas/videos/469625907168248/

REPORTAGE en création – Karacena (Maroc), août 2018 : https://vimeo.com/289047438

TEASER présentations d’étape de travail – Karacena (Maroc), août 2018 : https://vimeo.com/289036089

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *