François Morel, Prejlocaj et les larmes amères de Petra von Kant

Revue de presse du 23 février 2015

 

 

1. Un si touchant François Morel sur la scène du Rond-Point :

– « Naguère mariole absurde dans « Les Deschiens », aujourd’hui chroniqueur sur France Inter, François Morel n’en a pas fini de jouer les pitres ingénus. » – Le Monde

– « Du poético-absurde moins fait pour plier en deux que pour toucher au cœur. Morel, c’est l’humour gentil. » – Libération

– « On se croirait presque dans un dessin de Sempé. » – Pariscope

 

2. Le retour de Prejlocaj au Théâtre de la Ville :

– « Un exploit d’interprétation qui a fissuré le bouclier de gestes typique d’Angelin Preljocaj en faisant dégouliner les masques des danseurs. » – Le Monde

– « Sur le plateau nu, quatre danseurs sublimes de précision déroulent une partition en continu, purs mouvements détachés de tout récit. » – Elle

– « On retrouve une partie du vocabulaire de « Preljo » comme ses emprunts à la statuaire, ses sauts suspendus dans l’espace. » – Les Echos

 

3. Des critiques bien amères pour Les larmes de Petra von Kant au Théâtre de l’Oeuvre

– « (…) Un beau geste, une image, l’intensité de Valeria Bruni Tedeschi (…) c’est trop peu pour nous convaincre. » – Les Echos

– « Dans cette version, tout relève d’une absence d’intelligence, de sensibilité, de travail et traduit une vision misogyne, trahison de Fassbinder. » – Le Figaro

– « La pièce de Fassbinder est ici montée comme une forme de théâtre bourgeois, ce qui est un contresens complet. » – Le Monde

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *