Gainsbourg confidentiel © Philippe Hanula

Gainsbourg sans fard 

Si vous aimez Gainsbourg, il faut impérativement voir ce spectacle.

Il débute avec quelques notes de Miles Davis. L’ambiance est au roman noir, lumière écrasante, fauteuil en skaï, verre de Bourbon étincelant, clopes allumées à répétition, fumée qui nous entraîne dans la nuit des cabarets parisiens.

Au fond du plateau, un vidéoprojecteur sur lequel sont diffusés des articles de presse et des pochettes d’albums au fur et à mesure de la narration des débuts d’artiste plein de déboires de Serge Gainsbourg, de 1957 à 1963.

Gainsbourg confidentiel © Philippe Hanula

Celui qui joue et qui chante Gainsbourg, Stéphane Roux, enchaine une sélection peu connue des cinq premiers albums de Gainsbourg et plus particulièrement du 5eme album « Gainsbourg Confidentiel ». Les chansons sont déjà ciselées et nous racontent des histoires, celles des amours déçues de Serge, celles de sa dure réalité d’artiste mêlée aux passages des femmes, pas un mot qui ne dépasse, du grand art qui sonne en allitérations et en assonances, avec la prosodie d’un superbe musicien. Une vie comme ses chansons, pleines de grands écarts de style unifié par le jazz, où peu à peu s’immiscent des anglicismes, inévitable influence émergente de l’époque. Stéphane Roux nous donne à voir une magnifique interprétation, pleine de vie et de mimétisme, qui sans dénaturer celle de Gainsbourg est déjà une interprétation personnelle, a posteriori de ses chansons. On est sous le charme du chanteur qui laisse trainer un trés léger accent du sud-ouest. Il joue des archétypes de Gainsbourg : une silhouette, l’impassibilité ponctuée de traits de comédie, la chemise bien taillée, le pantalon de flanelle, la cravate et bien sûr le modern jazz accompagné et soutenu à la contrebasse par Aurélien Maurice et la guitare par David Fabre, qui tous deux, boivent leur camarade de scène d’un regard de gourmandise jusqu’à le déifier.
On passe un bon moment plein de drôlerie où l’esprit de Gainsbourg est bien restitué avec ses thèmes un brin cyniques, un brin ironiques et complètement désabusés et bien sûr toujours drôles. 

Gainsbourg confidentiel

Le texte narratif, écrit par Jean-François Brieu, est comme une voix-off aux chansons de Gainsbourg et nous explique le début de vie d’artiste pas trop dans l’air du temps de Gainsbourg, loin du rock n‘roll et des yéyés en vogue. Une narration élégante comme l’était Gainsbourg, au vocabulaire et aux tournures subtiles, qui magnifient les chansons « Gainsbourg confidentiel est le disque de la nuit qui tombe. C’est le Mean Streets (ce chef-d’œuvre imbibé et crépusculaire signé Scorsese) de Gainsbourg. C’est le disque de l’homme seul qui fume à la table desservie où elle n’est pas venue. C’est le disque jazz du milieu de la nuit, quand les traits se gonflent, quand les bouteilles sont mortes, quand les paquets de clopes vides sont jetés par terre. ». 

Un spectacle qu’on espère voir un peu plus longtemps à l’Archipel ou ailleurs.

 

 

GAINSBOURG CONFIDENTIEL
À l’affiche de l’Archipel Théâtre du 19 au 22 septembre puis du 12 au 15 décembre 2018
D’après un texte de Jean-Michel Brieu et des chansons méconnues de Serge Gainsbourg
Mise en scène David Fabre
Avec Stéphane Roux au texte et au chant, Aurélien Maurice à la contrebasse et David Fabre à la guitare.

Photos : © Philippe Hanula

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *