C'est (un peu) compliqué d'être l'origine du monde, Les filles de Simone, Festival d'Avignon, Pianopanier, Chloé Olivères, Tiphaine Gentilleau , Claire Fretel

Natal Kombat

Quand on entre dans la salle, elles sont déjà sur le plateau.
Si vous croisez leur regard, elles vous accueillent d’un « bonjour » aussi dynamique que déterminé. Tendues déjà comme des arcs, s’échauffant des orteils aux épaules, avant les batailles à suivre, Tiphaine Gentilleau et Chloé Olivères sont des guerrières prêtes au combat.
Car il s’agit bien d’un combat auquel nous allons assister, d’une nature bien particulière : un combat contre les préjugés, contre des siècles de stéréotypes, contre le mythe sacralisé du bonheur maternel.

Alors oui, Gustave Courbet a beau jeu de la ramener avec son célèbre tableau. Car être maman, être à l’origine du monde, ce n’est vraiment pas une sinécure.
Il y a tout d’abord ce sentiment de malaise qui vous prend aux tripes : ok, c’est merveilleux de donner la vie, mais que faire de cette vertigineuse sensation de perdre à jamais une liberté unique ? D’accord, c’est métaphysique cette mission qu’on donne aux femmes, mais comment gérer cette ribambelle d’enquiquinements qui va avec ?

C'est (un peu) compliqué d'être l'origine du monde, Les filles de Simone, Festival d'Avignon, Pianopanier, Chloé Olivères, Tiphaine Gentilleau , Claire Fretel

« Le trait de gauche est là… Le voilà, le voilà ! »

La pièce commence avec l’étape obligatoire du test de grossesse, et va explorer tous les stades que traversent les futures mamans : les soucis physiques qui font souffrir et rendent la vie moins drôle, la visite chez le gynéco d’où l’on repart à la fois lestée d’angoisses et privée de tous les petits plaisirs quotidiens qu’il va falloir arrêter, la préparation très New Age à l’accouchement, le rendez-vous chez le psy… et cette fichue culpabilisation de ne pas ressentir du tout ce « merveilleux bonheur maternel » dont on nous rabâche les oreilles.
On suit aussi la période post naissance, quand il faut devenir une superwoman et penser absolument à tout, quand il faut remonter lentement le chemin d’une libido secouée moralement et/ou physiquement, quand il faut affronter sa propre mère qui voit son instinct maternel resurgir soudainement de façon inappropriée…

On est bien au-delà d’une classique chronique façon « 9 Mois » : les deux comédiennes qui sont devant nous s’emparent du texte tonique qu’elles ont écrit avec Claire Fretel pour revisiter, avec énormément d’humour, les chemins tortueux qui mènent à la maternité. C’est vif, original, de bout en bout intelligent, diablement réjouissant et toujours très drôle.
Chloé Olivères est absolument irrésistible et sait, d’un mouvement de tête, d’un regard vers le public, provoquer l’hilarité générale. Son monologue « Rachida Dati » est un monument à lui seul.

C'est (un peu) compliqué d'être l'origine du monde, Les filles de Simone, Festival d'Avignon, Pianopanier, Chloé Olivères, Tiphaine Gentilleau , Claire Fretel

« Suis-je si égoïste ? Une sorcière ? Une déjà mauvaise mère ? »

Tiphaine Gentilleau, dans un registre plus grave, n’en est pas moins touchante, y compris dans son rôle de comédienne enceinte : elle nous montre ainsi qu’être enceinte dans ce métier, c’est ajouter un zeste d’Himalaya à un parcours déjà très montagneux…
Dans la salle, les femmes applaudissent haut et fort, les hommes regardent souvent leurs petits souliers. Il y a un féminisme revendiqué, mais nullement gratuit ou bêtement appuyé car il ne se prend jamais au sérieux. D’ailleurs, plusieurs grandes figures qui ont écrit sur la maternité (Antoinette Fouque, Edwige Antier, Yvonne Knibiehler, Elisabeth Badinter…), sont régulièrement convoquées sur le plateau, et les spectateurs jouent ainsi à « Devine-Tête » avec les deux comédiennes qui, un post-it collé sur le front, les incarnent à tour de rôle. Sans oublier la statue du commandeur, Simone de Beauvoir, qui ponctue le spectacle de ses aphorismes.

Ce spectacle, créé en 2015 au décidément indispensable Théâtre de la Loge, à Paris, est incontestablement très bien rôdé : après deux programmations au Théâtre du Rond-Point, deux Avignon Off, il fait en 2017 une longue tournée en région.
Les Filles de Simone, le nom du collectif de Claire Fretel, Tiphaine Gentilleau et Chloé Olivères, creusent leur sillon et préparent déjà un nouveau spectacle.
On a hâte de découvrir ce nouveau bébé.

C’EST (UN PEU) COMPLIQUE D’ETRE L’ORIGINE DU MONDE –
Création collective : Les Filles de Simone, Claire Fretel, Tiphaine Gentilleau, Chloé Olivères
Avec : Tiphaine Gentilleau, Chloé Olivères

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *