Ibsen , un maître du scenario

Vous pensez peut-être qu’Ibsen est un dramaturge ennuyeux, au texte à dépoussiérer, et bien vous vous trompez complètement. Ibsen est un maître de la structure et du scénario – meilleur qu’une série télé -, un ficeleur de dialogues, un trifouilleur de sentiments profonds (la famille, l’hérédité, la morale, les non-dits) et il taille des costards sur-mesure, à ses personnages entiers dans leur fonction et dans leurs devoirs. Aucun trou, aucune perte, aucun temps mort, tout arrive à point et vous retourne les situations jusqu’aux révélations ultimes.

Bien sûr, le thème des « Revenants », lourd de sa morale protestante, pourrait là aussi ennuyer le spectateur du XXIe siècle, or encore une fois, c’est tout le contraire qui se produit, Ibsen nous touche dans nos retranchements et fouille au fond de nos contradictions, avec par exemple, tout un développement sur la vacuité de la jouissance et le bonheur de la joie en variation de points de vue, questionnement qui pourrait bien nous être adressé, à nous, aujourd’hui, alors que ce texte a été écrit au XIXe siècle, en Scandinavie.
La petite salle du théâtre du Nord-Ouest accueille les spectateurs au même niveau que la scène, assis en U sur des banquettes noires, et cette proximité nous convierait presque dans le salon des Alving, la famille que nous visitons, salon à l’ambiance sombre et austère, où le principal de la mise en scène se passe sur le canapé à voix mesurée.

L’équipe, ce soir-là, était défaillante d’un comédien, remplacé à la volée par un lecteur du menuisier Engstrand, et ce, avec brio, prenant des mines et s’emparant de la voix de la doublure de Colombo. Un tour de force qui aurait pu desservir la pièce et qui fut vite intégré pour ne retenir que la prouesse du comédien.
Le théâtre du Nord-Ouest met en scène tout le répertoire d’Henrick Ibsen cette saison et la compagnie Les éclats de Lettre qui nous donne à voir et à entendre « Les Revenants » sera à Avignon Off, au Théâtre de l’Ange, à partir du 15 juillet puis à Paris à la rentrée.
Deux heures palpitantes au cœur d’une famille qui finit par tout se dire et où moraliste et intrigant quittent le navire.

– Isabelle Buisson –

« Les Revenants »
D’Henrick Ibsen
Au théâtre du Nord-Ouest
Mise en scène Isabelle Erhart
Avec en alternance : Isabelle Andréani, Fanny Balesdent, Patrick Cardoso, Annuel Correc, Isabelle Erhart, Paul Margenest, James Neyraud, William Simonet et Eric Veiga

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *