L'Avaleur, Other People's Money, Jerry Sterner, Robin Renucci, Les Tréteaux de France, Maison des Métallos, Xavier Gallais, Nadine Darmon, Marilyn Fontaine, Jean-Marie Winling, critique coup de coeur, Pianopanier

Dans L’Avaleur, Xavier Gallais est… énorme !

Ils semblent droit sortis d’un cartoon des années 70. Perruques (en plumes !) et hauts de costumes flashy leur donnent une allure loufoque et irréelle à la fois. On se croirait presque dans un conte pour enfants, si le sujet de la pièce n’était pas, quant à lui, terriblement réel… Robin Renucci, en plus de son rôle de narrateur, campe le Directeur Général du CFC (le Câble Français de Cherbourg), une société florissante mais vieillissante. Il est le bras droit du « numéro un » du CFC (Jean-Marie Winling), caricature du chef d’entreprise vieille école, entre paternalisme et refus de la modernité. Aux côtés de ce Pdg « old school », aussi amoureuse de l’homme que de la société qu’il dirige, Nadine Darmon incarne l’assistante dévouée corps et âme. Parfait négatif de cette mère dont elle s’est vite éloignée, Maryline Fontaine est une brillante juriste émargeant à plusieurs milliers d’euros pour le compte d’un prestigieux cabinet d’avocats d’affaires.
Et puis, de l’autre côté du plateau, confortablement installé dans son luxueux bureau de la City londonienne, débordant de son fauteuil: Xavier Kafaim. Enorme, Xavier Gallais l’est au sens propre comme au figuré. Charismatique à souhait, séduisant, bourré d’esprit et d’humour, il a tôt fait de nous charmer, subjuguer, fasciner, ensorceler, griser.
C’est lui, l’Avaleur, l’ogre de ce conte pour adultes. Ses trois uniques centres d’intérêt sont les chiens, les pâtisseries et… l’argent !

L'Avaleur, Other People's Money, Jerry Sterner, Robin Renucci, Les Tréteaux de France, Maison des Métallos, Xavier Gallais, Nadine Darmon, Marilyn Fontaine, Jean-Marie Winling, critique coup de coeur, Pianopanier
@ Jean-Christophe Bardot

« Mais l’argent c’est mieux, parce que ça ne chie pas partout et que ça ne rend pas obèse ! »

L’Avaleur ne se gave pas uniquement d’éclairs au chocolat, il engloutit vos sociétés. Il n’a pas le besoin, mais le désir de l’argent. Et ce désir est infini.
Quel meilleur moyen, en l’an 2000, pour faire fortune, que de s’adonner aux lois du capitalisme moderne, des OPA sauvages, des hedge funds, white nights, poison pills et autres stratégies juridico-financières ?
Voici que l’Avaleur a jeté son dévolu sur le CFC : grâce aux marchés financiers, Cherbourg est à portée de gosier de Londres. Une bataille se prépare. Une guerre sauvage entre l’ancien et le nouveau capitalisme, arbitrée par Alex pour qui tous les coups sont permis. Une lutte entre deux esprits brillants, un duel captivant dans lequel la séduction se révèlera la meilleure des armes.

L'Avaleur, Other People's Money, Jerry Sterner, Robin Renucci, Les Tréteaux de France, Maison des Métallos, Xavier Gallais, Nadine Darmon, Marilyn Fontaine, Jean-Marie Winling, critique coup de coeur, Pianopanier

« C’est pas illégal, c’est immoral. »

La mise en scène de Robin Renucci ultra rythmée, sans aucun temps mort, nous tient en haleine pendant deux heures. Sur fond de solos de batterie, on devient peu à peu « accro » aux allers-retours entre Cherbourg et Londres. On est séduit par ce jeu de go entre un Robin des Bois des temps modernes (« je prends aux riches pour donner à la classe moyenne…supérieure ! ») et cette ambitieuse avocate qui clame haut et fort qu’elle est la meilleure.
Ils ne sont finalement pas aussi rivaux que l’on pourrait croire, comme le confirmera un dénouement en tous points semblable, lui aussi, à ceux de nos contes pour enfants…

L’AVALEUR
Á l’affiche de la Maison des Métallos – du 31 janvier au 18 février 2017 (mardi au vendredi 20h, samedi 18h et dimanche 16h)
Texte d’après Other People’s Money de Jerry Sterner
Mise en scène : Robin Renucci
Avec : Nadine Darmon, Marilyne Fontaine, Xavier Gallais, Robin Renucci et Jean-Marie Winling

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *