J'ai couru comme dans un rêve, Igor Mendjisky, Compagnie Les Sans Cou, Théâtre du Monfort, critique Pianopanier

J’ai couru comme dans un rêve : la folle chevauchée des Sans Cou

Les premières minutes, on se retrouve en plein milieu d’un groupe de paroles. Pour peu qu’on soit à l’aise, on peut même être pris à partie par Igor Mendjisky – en alternance avec Romain Cottard. Il joue le rôle du narrateur, du « coach » – en bref : du metteur en scène. Chacun leur tour, les six protagonistes se présentent à ce « maître de cérémonie ». La joyeuse bande est constituée d’une fratrie : Blandine, Gabriel et Martin, de leur oncle qui les a élevés suite à la mort accidentelle de leurs parents, du meilleur ami de Martin – Joseph alias Jojo – et de Sarah, l’amoureuse de Martin. Durant ce préambule, on éclate de rire, on s’apprête à passer des moments drolatiques. Et puis, brutalement, Martin s’écroule, et tout bascule. Une blouse blanche lui confie qu’une tumeur au cerveau le condamne à très court terme. Martin a trente ans. « Ils ne peuvent pas me guérir parce que je suis trop jeune ». Au même moment, Sarah lui apprend qu’elle est enceinte de leur premier enfant.
Que se passe-t-il dans la tête de Martin ? Que faire, que décider ? Une seule réponse possible à ses yeux : se réfugier chez son oncle, finir ses jours entouré de sa tribu. Une tribu qui mettra tout en oeuvre pour l’aider à vivre pleinement ses derniers instants.

J'ai couru comme dans un rêve, Igor Mendjisky, Compagnie Les Sans Cou, Théâtre du Monfort, critique Pianopanier@ Anne Nordmann

« On est un peu tous les personnages d’une pièce absurde. Qui nous a foutus dans ce bordel ? »

De l’absurde, il y en a à revendre dans ce spectacle : les Sans Cou auraient pu s’appeler « les Sans Limite » tant leurs créations fourmillent de propositions délirantes. Le côté « joyeux bordel » en déroutera sans doute plus d’un. Mais la formidable énergie de ce collectif est tellement communicative qu’on lui pardonne de partir dans tous les sens.
Certaines scènes très réussies parviennent à gommer le côté inabouti des autres. Martin à la rencontre de ses héros : Matisse, Marlon Brando, Victor Hugo, Maryline Monroe et… Mère Thérésa. Martin faisant la connaissance de sa fille, grâce à un « retour vers le futur ». Martin, sur son lit de mort, écoutant la très jolie histoire d’Oncle Ben’s. Et puis surtout, Martin et Sarah, juste avant la fin, la fin de Martin, la fin de leur histoire, la fin de la pièce. Mais cette fin-là recommencera demain, parce qu’on est au théâtre, et parce que les Sans Cou ne sont pas sans ressource…

J’AI COURU COMME DANS UN REVE
Á l’affiche du Monfort Théâtre – du 24 janvier au 4 février 2017 (du mardi au samedi 20h30)
Une pièce d’Igor Mendjisky / Compagnie Les Sans Cou
Mise en scène : Igor Mendjisky
Avec : Éléonore Joncquez ou Raphaële Bouchard, Esther Van Den Driessche, Clément Aubert, Igor Mendjisky ou Romain Cottard, Paul Jeanson, Arnaud Pfeiffer, Frédéric Van Den Dressée

1 réponse
  1. Dedicated servers
    Dedicated servers dit :

    En savoir plus – J’ai couru comme dans un reve – Les Sans Cou – mise en scene Igor Mendjisky, – theatre-contemporain. A force de zapper, d’etre informes de tout et de rien, ils ont souhaite, lors de la creation de J’ai couru comme dans un reve, revenir a l’essentiel.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *