Les Chiens sont lâchés !

Les Chiens de Navarre ont peut-être pris leur vaccin antirabique, mais ne se sont pas limés les dents.
Moins fous furieux, mais toujours plein de vigueur, irrévérencieux, malpolis autant que possible. On rit, de mille rires : à gorge déployée, gênés, sous cape, de bon cœur. On rit surtout de se voir si vilains en ce miroir…
Les Chiens de Navarre se jettent à corps perdus sur la question, si actuelle, de l’identité française ; le chef de meute Jean-Christophe Meurisse nous promet « une psychanalyse électrochoc de la France en convoquant quelques figures de notre Histoire et de notre actualité » !

Jusque dans vos bras, Les Chiens de Navarre, Bouffes du Nord, Jean-Christophe Meurisse

La galerie des portraits ressemble à un manuel scolaire sous acide. Un De Gaulle géant tient la main menue d’une Marie-Antoinette digne des porcelaines sanglantes de Jessica Harrison; Jeanne d’Arc a les dents pourries (comme quoi, le sens de la farce n’empêche pas le réalisme…), la cote de mailles fumante et la libido motivée ; on croise un Obélix désabusé, des astronautes, vous, nous, eux, un Pape funky, des Français moyens en pique-nique, des bourgeois ultra-aisés (avec gros besoin de s’offrir une bonne conscience, pour faire élégant sur la table basse à 12.000 balles – tout de même), un poète maudit sous un lampadaire : tout un petit monde pour brosser le tableau d’une société un peu bancale, un peu dépressive, pas forcément méchante mais parfois bien bête. La caricature se tient main dans la main avec l’observation la plus fine. Le pique-nique entre amis, justement par ses échanges si anodins, ses ambiances « oh, mais attends, on peut plus plaisanter », se fait le condensé de toutes les petites haines et bassesses qu’on couve sans penser à mal, mais aussi des espoirs et des fêlures les plus intimes.
Un souffle d’esprit « Fluide glacial » souffle par ici, avec le savoureux goût du mauvais goût et la gourmandise toute « gotlibo-edikienne » de glisser dans les coins des petits personnages plus ou moins humains, plus ou moins vêtus, vaquant à leurs affaires plus ou moins saugrenues.
Si Les Chiens semblent « presque » assagis, ils n’en mordent pas moins acéré, et relâchent rarement leur proie. Si on rit beaucoup, c’est souvent jaune, et souvent de soi-même. Le portrait n’est pas tendre, les médiocres reconnaissent leurs voisins, et la consolation est rare.

Jusque dans vos bras, Les Chiens de Navarre, Bouffes du Nord, Jean-Christophe Meurisse

A l’image du titre – où l’on hésite entre y entendre un moelleux appel au câlin ou un vague souvenir de l’hymne national – évocation passablement moins affectueuse –, on oscille entre une saine déprime par excès de lucidité (autant vous dire que le planté de drapeau des astronautes va être laborieux, pas si facile que ça d’affirmer l’identité française…) et la pure jubilation du jeu – les comédiens, anciens ou nouveaux venus, sont tous impeccables, pertinents, très libres –, le plaisir immédiat des répliques enlevées ou des situations d’une absurdité quasi sans bornes menées sur un rythme soutenu. Sans oublier que Les Chiens de Navarre ne se privent pas de nous offrir quelques magnifiques images de théâtre, un enterrement sous la pluie beau comme au cinéma, un requin solitaire… Alors… on ressort vivifié de cette douche écossaise !

JUSQUE DANS NOS BRAS
À l’affiche des Bouffes du Nord jusqu’au 2 décembre 2017
Création collective des Chiens de Navarre
Mise en scène Jean-Christophe Meurisse
Avec Caroline Binder, Céline Fuhrer, Matthias Jacquin, Charlotte Laemmel, Athaya Mokonzi, Cédric Moreau, Pascal Sangla, Alexandre Steiger, Brahim Takioullah, Maxence Tual et Adèle Zouane

photos @ Loll Willems

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *