Le Prince de Hombourg

Le Prince va mourir…vive le Prince!

Vu au Théâtre des Gémeaux de Sceaux le 12 février 2015
Actuellement en tournée
Mise en scène : Giorgio Barberio Corsetti

 

Copyright : Olimpia Nigris

« Corsetti a relevé le défi de monter dans la Cour d’honneur du Palais des Papes Le Prince de Hombourg, 40 ans après l’interprétation de Gérard Philippe… »

L’été dernier, j’avais pris mes places pour le Prince de Hombourg à Avignon. Je les avais réservées le 14 juin, jour d’ouverture de la billetterie du IN. Le bras de fer entre notre gouvernement et les intermittents du spectacle avait débuté. Il se poursuivit pendant le festival, il se poursuit encore aujourd’hui mais c’est une autre histoire… Le soir du 12 juillet donc, j’avais rendez-vous dans la Cour d’Honneur avec Corsetti et ses comédiens. Mais l’équipe des techniciens en avait décidé autrement… Qu’à cela ne tienne, je suis allée voir un autre spectacle, parmi les 1307 que proposait le OFF. Et je me suis promis d’aller voir le Prince lorsqu’il passerait en tournée en 2015.

7 mois jour pour jour après ce rendez-vous manqué, me voici donc au Théâtre des Gémeaux de Sceaux, Scène Nationale co-productrice du spectacle. Première bonne surprise : ici, pas de mistral!…
Le plateau est immense…Moins impressionnant que la Cour d’Honneur, mais connu pour être l’un des plus beaux d’Ile-de-France.
Il semble assez dénudé au lever de rideau, il le restera pendant toute la pièce. Faisant la part belle aux surprises scénographiques que nous réserve Giorgio Corsetti.

Je ne connaissais pas le texte. Dans mon esprit, « Le Prince de Hombourg » était associé  à la légende de Gérard Philippe. Sans doute comme dans beaucoup d’esprits… L’imaginaire collectif, c’est aussi cela…
Qu’il est beau, ce texte ! On nage en plein romantisme allemand – rappelons que l’auteur, Heinrich Von Kleist, contemporain de Goethe s’est suicidé à l’âge de 34 ans…

La distribution est impeccable. Le pari de succéder à Gérard Philippe dans le rôle titre, Xavier Gallais le relève avec brio. Ses compagnons de route ou d’infortune sont à la hauteur, notamment Clément Bresson et Luc-Antoine Diquéro.

Les rôles féminins sont moins intéressants mais les deux comédiennes défendent leur partition avec talent. Aux côtés d’Anne Alvaro, dont le jeu peut sembler ampoulé, une formidable Princesse Nathalie/Eléonore Joncquez. Retenez bien ce nom, chers lecteurs : je prédis une grande carrière à cette fan inconditionnelle de Claudel!…

Trois raisons d’espérer que la tournée du « Prince de Hombourg » passe près de chez vous

1 – Pour découvrir un sacré texte, dans la veine des « Souffrances du Jeune Werther », l’un des symboles du romantisme allemand.
2 – Pour la scénographie de Giorgio Corsetti, tout simplement belle, aussi fascinante qu’épurée.
3 – Pour une pléiade de comédiens, jeunes talents ou piliers de la scène, avec une mention toute particulière à Xavier Gallais et à Eleonore Joncquez.

INTERVIEW

ELECTRONIC KIT PRESS

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *