Métamorphoses, Ovide, Théâtre de l'Aquarium, Aurélie Van den Daele, Cartoucherie de Vincennes, Pianopanier

Métamorphoses : la décadence en pleine face

Vous aimez frémir, vous aimez serrez vos bras contre votre abdomen de peur que des mots vous transpercent, allez voir « Métamorphoses » adaptées d’Ovide, au théâtre de l’Aquarium, à la Cartoucherie de Vincennes.

Cinq parties – deux seront racontées en voix-off sous forme de prologue et d’épilogue : « Narcisse » et « Le chaos, les quatre âges et le déluge », trois seront jouées : « Terée », « Phaéton » et « Erysichton » – présentées sur un écran géant diffusant des formes mouvantes, avec du texte projeté et de la musique électronique invasive (dispositif scénique et technologique collectif INVIVO), beaucoup de fumée, une batterie et une guitare électrique sur scène, un décor simplissime fait de tables et de chaises, des comédiens- chanteurs de variété française, avec style et brio (la belle voix d’Alexandre Le Nours) et bien sûr, le monolithisme, la folie et la tyrannie des grands mythes. Voilà les ingrédients de cette pièce, où vous débuterez dans l’effroi pour terminer dans le rire. Ouf, on craignait l’asphyxie !

Métamorphoses, Ovide, Théâtre de l'Aquarium, Aurélie Van den Daele, Cartoucherie de Vincennes, Pianopanier@ Marjolaine Moulin

La première partie jouée raconte l’histoire de Terée et de sa femme Procné. Ça démarre avec la fête, l’insouciance, la danse, le chant et l’ivresse puis, peu à peu, l’histoire bascule dans les archaïsmes les plus barbares. On ne rigole plus du tout. On serre les dents car la vengeance est un plat qui se mange froid ou chaud… C’est la partie la plus longue de la pièce qui pourrait faire une pièce à part entière.

Du coup, quand interviennent les deuxième et troisième parties jouées, la recherche d’une unité se fait sentir, qu’on ne trouve pas vraiment. Autant la première partie est extrêmement narrative, quasi classique, autant les deux autres s’en tiennent à l’allégorie. On est cependant soulagé de quitter le total effroi de la première partie pour gagner des contrées potaches et oniriques, bien que la metteuse en scène, Aurélie Van den Daele, continue à nous parler de nous, de notre époque et de notre décadence, avec un regard aigu et moqueur, qui nous ouvre les portes de l’imaginaire.

Métamorphoses, Ovide, Théâtre de l'Aquarium, Aurélie Van den Daele, Cartoucherie de Vincennes, Pianopanier

La deuxième partie met en scène Phaéton, un jeune homme qui brûlera sa vie au rythme d’un chronomètre, à la marge d’une machinerie infernale, faite de concerts perpétuels et qui demandera la reconnaissance de son père, car Phaéton veut s’inscrire dans sa généalogie, quitte à disparaître.
La troisième et dernière partie jouée raconte l’histoire burlesque et ridicule d’un artiste qui se prend pour le dernier génie à la mode, Erysichton. Là, on rigole franchement des facéties de ce personnage qui nous montre la bêtise et la vanité d’un artiste qui se pense au-dessus de la Nature. Mais Cérée, la déesse, ne l’entend pas de cette branche-là et lui montrera que son égotisme et sa toute-puissance l’embarqueront à sa perte et qu’il n’aura pas l’occasion de soulever le voile d’Isis.

L’adaptation des textes est d’une grande réussite avec beaucoup de fluidité et de modernité, sans anachronismes et on peut saluer Ted Hughes pour ce tour de force.

Métamorphoses, Ovide, Théâtre de l'Aquarium, Aurélie Van den Daele, Cartoucherie de Vincennes, Pianopanier

Le projet met en lumière la résonnance actuelle des mythes dans l’état d’esprit décadent de notre époque et nous entraîne aux portes du cinéma, du théâtre, des arts plastiques et de la musique. On admirera, par exemple, les très beaux masques d’animaux lors de la dernière partie.
On ne peut pas dire que les applaudissements furent du tonnerre à la fin de la pièce, malgré une salle pleine, pourtant, il se passe quelque chose et on ne sort pas indemne de ce spectacle qu’on met longtemps à digérer.
On pourra regretter la puissance un peu trop puissante des watts : même si elles participent au sentiment d’oppression et d’enfermement dans laquelle veut nous placer la metteuse en scène, on a parfois du mal à entendre le texte. C’est dommage.

Métamorphoses, Ovide, Théâtre de l'Aquarium, Aurélie Van den Daele, Cartoucherie de Vincennes, Pianopanier

METAMORPHOSES
Á l’affiche du Théâtre de l’Aquarium – du 1er au 26 mars 2017 (mardi au samedi 20h, dimanche 16h)
D’après Les Métamorphoses d’Ovide et Contes d’Ovide de Ted Hughes
Mise en scène : Philippe Nicolle
Avec : Kamel Abdessadok, Christophe Arnulf, Aymeric Descharrières, Servane Deschamps, Pierre Dumur, Olivier Dureuil, Anne-Gaëlle Jourdain, Erwan Laurent, Michel Mugnier, Florence Nicolle, Philippe Nicolle, Laurence Rossignol

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *