Ça ira – fin de Louis : le spectateur en pleine Révolution

Ça ira (1) – fin de Louis – Spectacle vu le 8 novembre 2015
A l’affiche du Théâtre Nanterre-Amandiers jusqu’au 29 novembre 2015, puis en tournée (dates ici)
Création théâtrale de Joël Pommerat

Interview de Saadia Bentaïeb à lire ici

 

Etre plongé au cœur de la Révolution Française, au point de s’en trouver soi-même acteur davantage que spectateur : telle est la promesse de ce spectacle incontournable…

Beaucoup de choses ont déjà été dites et écrites sur la dernière création de Joël Pommerat. Et il y aurait encore tant à dire et à écrire. S’agissant d’un spectacle aussi dense et foisonnant, il paraît quasi impossible de retranscrire ce que l’on a vécu. Plutôt l’envie de jeter des mots, de les balancer, de les offrir pêle-mêle. Souhaitant que l’un ou l’autre de ces mots suscite l’envie de vivre une telle expérience. Une expérience qui nous situe au-dedans de la scène, au cœur-même de la représentation. Peu à peu, on se sent partie intégrante de ce qui se passe. Sous nos yeux, derrière nous, à côté, tout en haut des gradins, en avant-scène et au fond de l’immense plateau. Les comédiens sont partout. Eux-mêmes sont plusieurs, chacun d’eux incarnant plusieurs individus. Un révolutionnaire fanatique se métamorphose en membre de la famille royale. La sœur de Louis est un député de la Noblesse mais aussi un représentant du Tiers-Etat. En un rien de temps, les acteurs « changent de camp », retournent leur veste, tiennent des propos totalement contradictoires.
Joël Pommerat a donc « destructuré » l’espace, fabriquant une sorte de « scène façon puzzle », n’interdisant pas au spectateur d’être lui-même une pièce de ce puzzle. N’ai-je pas applaudi moi-même à plusieurs discours enflammés de tel ou tel député ?… Joël Pommerat joue également avec nos repères temporels. En effet, si le personnage central – le seul qui soit nommé – est Louis XVI, la révolution dont il parle n’est pas uniquement celle de 1789. Les paroles, les discours, les harangues résonnent si précisément en nous que les parallèles nous percutent de plein fouet. A tel point que souvent, au cours du spectacle, on se dit : « c’est fou, c’est exactement comme cela aujourd’hui ! ». Là encore, Joël Pommerat nous embarque totalement, intégralement, parfaitement. Il nous parle de nous, il nous raconte d’où nous venons, où nous sommes, nous interroge sur notre devenir. Merci à lui de nous faire vivre une telle expérience théâtrale, rare, précieuse et révolutionnaire !…

Avec ce spectacle qui est à mon sens l’un des incontournables de la saison, Joël Pommerat révolutionne jusqu’à son propre travail :

1 – Les aficionados dont je fais partie seront sans doute surpris, étonnés, subjugués par cette création en parfaite rupture avec ses précédents spectacles.
2 – La troupe est exemplaire, homogène, réussissant la prouesse de nous confronter à une cinquantaine de personnages d’horizons différents, voire discordants.
3 – Ce qui se passe avec Ça ira (1) – Fin de Louis, c’est que deux jours après on songe déjà à revenir voir le spectacle pour approfondir les émotions qu’il nous a procurées. En attendant, secrètement, l’arrivée du (2)…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *