Interview de Caroline Proust

Caroline Proust : la vie à cent à l’heure

Interview du 5 novembre 2015
Aux Ateliers Berthier – Odéon Théâtre de l’Europe

Actuellement à l’affiche de « Vu du Pont«  de Ivo van Hove  

Piano Panier : Comment êtes-vous arrivée sur le projet « Vu du Pont »?

Caroline Proust : Il y a un peu plus d’un an, Dominique Pitoiset m’a contactée pour reprendre le rôle de Barbara Fordham dans sa mise en scène d’Un été à Osage County. J’ai hésité – pas longtemps – avant d’accepter ce qui représentait un gros défi, dans la mesure où l’on était à 9 jours de la première… Cette première fut l’une des pires représentations de ma vie, tellement j’angoissais de ne pas savoir mon texte mais tout s’est bien passé. C’est sur ce spectacle qu’Eric Bart, directeur de la Programmation de l’Odéon m’a repérée pour le spectacle d’Ivo van Hove. Je me rends compte que j’aime travailler dans l’urgence, c’est aussi la caméra qui apprend ça !

Piano Panier : Vous avez eu finalement très peu de temps pour la reprise parisienne de ce spectacle créé à Londres l’année dernière ?

Caroline Proust : Concrètement, nous n’avons eu que 13 jours de répétition avec Ivo van Hove. Nous avions tous déjà vu le spectacle à Londres, et nous avions accès aux captations, même si, personnellement, j’ai préféré  rester « vierge » de tout visionnage. Ivo van Hove est très précis dans son travail, très rigoureux et très doux dans sa direction.

Piano Panier : Comment définiriez-vous le personnage de Béatrice, que vous incarnez ?

Caroline Proust : Elle est bienveillante, prête à tout sacrifier par amour pour son homme. Je pense qu’aujourd’hui, une femme moderne partirait, elle le quitterait… Et malgré tout, l’histoire de Béatrice qui décide de sombrer avec son compagnon trouve un écho malheureux dans ce qui se passe chez certaines femmes. Ces femmes qui ne travaillent pas, qui vivent sous le joug de leurs maris… Je n’avais pas senti cette dimension à la lecture de la pièce. J’avais surtout été frappée par le parallèle avec la situation actuelle des migrants.

Piano Panier : Quels sont vos autres projets ?

Caroline Proust : Actuellement, je travaille sur un long métrage que je vais réaliser avec Etienne Saldes, sur l’histoire de Sandrine Ageorges Skinner et son combat contre l’exécution de son mari. Hank Skinner, dont je suis persuadée qu’il est innocent, se trouve depuis 22 ans dans les couloirs de la mort… Pour nous, il y a urgence à tourner ce film, pour tenter d’attirer l’attention de l’opinion publique sur cette scandaleuse erreur judiciaire. J’aimerais donc avoir bouclé le tournage avant d’entamer la saison 6 d’Engrenages.  A ce propos, le 24 novembre je serai à New York : la série est nominée aux Amy Awards ! Et deux jours après, je file à Bruxelles sur le tournage de la web série Amnesia. Ce qui est génial dans ce métier, c’est de pouvoir passer ainsi d’un univers à l’autre en si peu de temps.

Piano Panier : Les journées doivent vous sembler bien courtes ?

Caroline Proust : Oui ! mais je m’ennuierais si je n’avais pas autant de perspectives et de projets ! Et je trouve encore le temps de passer du temps avec mes filles. Ce soir, par exemple, juste avant d’arriver au théâtre je les ai aidées à préparer un gâteau. Elles sont persuadées que je pourrais concourir à Top Chef !

Piano Panier : Un coup de coeur ?

Caroline Proust : L’histoire de Sandrine et Hank !

Piano Panier : Un coup de gueule ?

Caroline Proust : J’ai bien conscience que le problème des migrants est extrêmement complexe mais je suis en colère contre notre gouvernement qui pourrait s’impliquer davantage…

Piano Panier : Un coup de blues ?

Caroline Proust : La centrale nucléaire de Fessenheim qui n’est toujours pas fermée, en dépit des promesses de François Hollande – c’est plus qu’un coup de blues !

Piano Panier : Coup bas ?

Caroline Proust : Tout ce qui va à l’encontre, à l’inverse de la franchise ; c’est ce qui fait que le monde va mal.

Piano Panier : Coup de foudre ?

Caroline Proust : Ivo van Hove.

Piano Panier : Coup de génie ?

Caroline Proust : C’est rare ! Pour moi le véritable génie consiste à associer plusieurs talents pour s’en rapprocher…

Piano Panier : Coup de sang ?

Caroline Proust : J’ai plutôt tendance à démarrer au quart de tour ; c’est compliqué pour mon entourage ! Les coups de sang les plus fréquents, je les ai sur la route. Je circule à vélo et je suis confrontée chaque jour à l’incivisme des automobilistes, des scooters, et même des piétons !

Piano Panier : Coup d’envoi ?

Caroline Proust : Amnesia.

Piano Panier : Coup dur ?

Caroline Proust : Les meurtres de la police américaine sur des noirs américains.

Piano Panier : Coup d’essai ?

Caroline Proust : Mon film. Il y a urgence à démarrer le plus vite possible le tournage.

Piano Panier : Coup de tête ?

Caroline Proust : D’avoir contacté cet acteur très connu pour le rôle principal du film…

Piano Panier : Coup de théâtre?

Caroline Proust : Il va accepter : ce sera mon coup de théâtre !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *