Articles

Phedres_2

Phèdre(s) : lettre ouverte à Isabelle Huppert…

Phèdre(s) – Spectacle vu le 24 mars 2016 à l’Odéon-Théâtre de l’Europe
A l’affiche de l’Odéon-Théâtre de l’Europe jusqu’au 13 mai 2016
De Wajdi Mouawad, Sarah Kane et J.M. Coetzee
Mise en scène : Krzysztof Warlikoswki

En sortant de l’Odéon-Théâtre de l’Europe, j’ai eu envie d’écrire une lettre enflammée au monstre sacré Isabelle Huppert…

Chère Isabelle, merci d’avoir accepté d’incarner les trois Phèdres de Warlikowski. Merci d’être aussi plurielle, aussi multiple, aussi innombrable. Merci d’être incandescente, magnétique, lumineuse, hypnotique, magistrale, fascinante, envoûtante. Merci d’être une reine parmi les reines. Lorsque vous apparaissez, Aphrodite ultra sexy de Wajdi Mouawad, on devine déjà l’inoubliable soirée que vous allez nous offrir. De la déesse de l’Amour à cette figure centrale de la mythologie – Phèdre brûlante de passion pour Hyppolite, le fils de son mari Thésée – vous entrez comme par effraction dans l’imaginaire de cette légende collective, vous la violentez, vous la diffractez. Cette Phèdre surgie de la pièce Une Chienne de Wajdi Mouawad emprunte aux textes d’Euripide, Eschyle, Sénèque. Avec Mouawad, grâce à lui, vous offrez au destin de cette première Phèdre une trajectoire tout autre, un chemin vers la sexualité, la lutte et l’émancipation des femmes.

 

Phedres_1
©Pascal Victor

Plus tard, après que vous avez fait disparaître cette première Phèdre à coup de nœud coulant, vous faites entendre la Phèdre de Sarah Kane. Avec une force inouïe, sans doute jamais atteinte. Cette Phèdre incestueuse, charnelle, exaltée, centrée sur son désir sexuel. Cette mère maladivement jalouse de sa fille, une Strophe elle-même incestueuse née de la plume de Sarah Kane.

Un deuxième nœud coulant plus tard, vous voici métamorphosée en Elisabeth Costello, cette conférencière autobiographique mise en avant par J.M. Coetzee. Tellement différente des deux précédentes Phèdres que vous avez incarnées précédemment. Mi-cérébrale, mi-taquine, vous nous faites voyager dans un tout autre univers. Et lorsque, tout à coup, au détour de vos exposés un brin provocateurs, vous déclamez une tirade de Racine, la grande tragédienne que vous êtes nous cueille intégralement, profondément et parfaitement.

 

Phedres_3

Vos partenaires de scène se surpassent à votre contact. Agatha Buzek, Andrzej Chyra, Alex Deccas, Gaël Kamilindi et Nora Krief sont sublimés par votre présence. Chère Isabelle, merci de repousser à ce point les limites de ce qui peut émerger sur une scène de théâtre. Quiconque aime le théâtre est nécessairement follement éperdu de vous…

 


Notice: Undefined index: index in /home/pianopandh/www/wp-content/themes/enfold/config-templatebuilder/avia-shortcodes/masonry_gallery.php on line 450

Notice: Undefined index: index in /home/pianopandh/www/wp-content/themes/enfold/config-templatebuilder/avia-shortcodes/masonry_gallery.php on line 453

Notice: Undefined index: index in /home/pianopandh/www/wp-content/themes/enfold/config-templatebuilder/avia-shortcodes/masonry_gallery.php on line 454

Revue de presse du 23 mars 2016 : Splendid’s, Par-delà les marronniers et Phèdre(s)

 

 

1. Arthur Nauzyciel présente au Théâtre de la Colline Splendid’s, la pièce de Jean Genêt qu’il avait créée au CDN d’Orléans en janvier 2014 :

– « Un spectacle splendide, d’une beauté vénéneuse et rêveuse, qui ouvre les chambres les plus secrètes de l’auteur du Journal du voleur. » – Le Monde

– « Un coup de poker où Arthur Nauzyciel ramasse la mise en montant la pièce en anglais pour qu’on la découvre avec des surtitres comme un thriller visionné en VO. » – Les Inrocks

– « Les comédiens flottent, dansent, évoluent parfois au ralenti -telles des statues animées. » – Les Echos

– « Majoritairement dite en langue anglaise, la pièce acquiert de ce fait une dimension plus vaste. Sa vraie dimension, sans doute. » – L’Express

– « En projetant en ouverture de sa mise en scène de Splendid’s le court-métrage de Genet, Un chant d’amour, Arthur Nauzyciel installe la pièce dans le flottement délibérément indécis du fantasme. » – Libération

– « Une étonnante douceur (prolongée par les lentes mélodies de jazz sirupeux et la voix archimusicale de Jeanne Moreau diffusée à la radio), un flottement lunaire, une intimité feutrée, une distance rêveuse font la particularité du beau et délicat geste artistique d’Arthur Nauzyciel. » – Toute la Culture

– Interview d’Arthur Nauzyciel pour La Terrasse

 

2. La nouvelle création de Jean-Michel Ribes est à découvrir au Théâtre du Rond-Point, sous le titre énigmatique Par-delà les marronniers :

– « Ce spectacle haut en couleurs propose de redécouvrir trois écrivains fous, portés par les talentueux Maxime d’Aboville, Michel Fau et Hervé Laissïnce . » – France TV Info

– « Sur le papier, il y a de quoi se réjouir. Les trois dandys fracassés dont il est question ici sont un sujet en or. » – Le Monde

– « La revue est une bonne idée, car elle met du sucre glace et du glamour sur l’amer et la mort, mais elle noie un peu le poisson. » – L’Express

– « Ribes veut faire résonner un rire de résistance. La résistance est bien présente, mais le rire est trop rare. » – Les Echos

– « Dans de superbes costumes et amusants décors, Par-delà les marronniers est une baudelairienne autant que dadaïste invitation au voyage. » – Telerama

– Interview de Jean-Michel Ribes pour La Terrasse

 

3. Isabelle Huppert brûle de nouveau les planches du Théâtre de l’Odéon dans Phèdre(s) de Krzysztof Warlikowski :

– « Krzysztof Warlikowski a tenu sa folle promesse. Son Phèdre(s) à l’affiche de l’Odéon est un bien, un voyage épique, rock et provoc’. » – Les Echos

« Avouons-le, à moins de se plonger pendant quelques jours dans des textes, des explications, des analyses, on est bien incapable de comprendre ce que veut nous dire Warlikowski. » – Le Figaro

– « Qui peut, dans la même soirée, impressionner avec Wajdi Mouawad, déchirer avec Sarah Kane, appeler des larmes avec Racine, et faire rire avec J. M. Coetzee ? Isabelle Huppert. » – Le Monde

– « C’est pour Isabelle Huppert, exceptionnelle, phénoménale, qu’il faut aller voir ce très long spectacle compliqué, sophistiqué et prétentieux sur le désir, les interdits du désir, ses abîmes, ses fureurs, ses douleurs. » – Telerama

– « We may know more about Huppert’s range as an actress than we do about Phaedra by the end, but it’s a worthwhile journey. » – Financial Times

– « Isabelle Huppert magnétise son auditoire par un talent hors norme, d’une sobriété et d’une fluidité confondantes. » – Artistik Rezo

– Interview d’Isabelle Huppert pour Europe 1

Reprise du Tartuffe de Luc Bondy à l’Odéon Théâtre de l’Europe

Le plateau des Ateliers Berthier façon échiquier géant nous invite à une partie où tous les coups sont permis. Que d’énergie dans ce spectacle, de plaisir, de sensations, de beauté, de subtilité, d’intelligence, d’efficacité, de trouvailles. Ce qui passionnait Luc Bondy dans Tartuffe, c’est l’histoire de famille que raconte la pièce – « parce qu’elle fournit un modèle de toute une société ». Et quelle famille que celle d’Orgon ! À commencer par lui, ce maître de maison qui ne l’est plus du tout, un être influençable, malléable, manipulable. En adoration totale devant celui qui l’a « tartuffié ».

Tartuffe_Luc-Bondy2
© Thierry Depagne

Les histoires de famille finissent mal en général, mais pas toujours…

Autour d’un formidable Samuel Labarthe, tous semblent en souffrance. Son épouse Elmire – flamboyante Audrey Fleurot qui reprend le rôle créé par Clotilde Hesme – délaissée, négligée, abandonnée… Sa fille Marianne – la prometteuse Victoire du Bois qui fut une magnifique Sacha, dans l’Ivanov de Luc Bondy – introvertie, timide, gauche, mal dans sa peau, éperdue d’amour et promise à un autre. Son fils Damis, – irrésistible Pierre Yvon – impétueux et prêt à en découdre avec la monstruosité, l’ignominie qui rôdent dans la demeure. Son frère, peut-être le plus raisonnable de tous, et sa mère, encore plus entichée de Tartuffe représentent les deux extrêmes de cette cellule familiale moribonde.

Pour faire éclater ce noyau familial, pour en dénouer les liens un à un, Luc Bondy avait eu cette idée géniale de faire appel à Micha Lescot. Longiligne en dépit d’une fausse bedaine, dégingandé, svelte et voûté, agile et souple, il apparaît brusquement, il est là sans qu’on l’ait vu arriver. Malsain à souhait, obséquieux, inquiétant, dérangeant, louche, menaçant, terrifiant. Evoquant une sorte de créature mi-insecte, mi-lombric. Toutes ses scènes sont glaçantes, même si certaines nous font rire, comme celle où il s’en prend à Damis. Pas de doute, Luc Bondy nous a légué ici une mise en scène mémorable, et pleine de vie…

Tartuffe_Luc_Bondy_1

Jean Giraudoux déclarait que « la plupart des pièces que nous considérons comme des chefs d’oeuvre tragiques ne sont que des débats et des querelles de famille » :

1 – C’est bien sous cet angle que Luc Bondy avait abordé l’une des plus belles pièces de Molière.
2 – La distribution qui n’est pas celle d’origine est encore plus percutante, notamment grâce au talent de Samuel Labarthe.
3 – Sur le plateau, on assiste à une histoire parallèle : celle d’une troupe de comédiens devenus orphelins, qui chaque soir rend hommage à un immense artiste.

Tartuffe – Spectacle vu le 28 janvier 2016 aux Ateliers Berthier
A l’affiche de l’Odéon-Théâtre de l’Europe jusqu’au 25 mars 2016
Mise en scène : Luc Bondy

 


Notice: Undefined index: index in /home/pianopandh/www/wp-content/themes/enfold/config-templatebuilder/avia-shortcodes/masonry_gallery.php on line 450

Notice: Undefined index: index in /home/pianopandh/www/wp-content/themes/enfold/config-templatebuilder/avia-shortcodes/masonry_gallery.php on line 453

Notice: Undefined index: index in /home/pianopandh/www/wp-content/themes/enfold/config-templatebuilder/avia-shortcodes/masonry_gallery.php on line 454

Pinocchio : quand le magicien Pommerat rencontre le génie Collodi

Pinocchio – Spectacle vu le 12 décembre 2015
A l’affiche de l’Odéon-Théâtre de l’Europe jusqu’au 3 janvier 2016, puis en tournée (dates ici)
Un spectacle de Joël Pommerat, d’après Carlo Collodi

 

©Elisabeth Carecchio

Pinocchio réinventé par l’un des génies du théâtre contemporain : incontournable pour les petits et les grands

Un spectacle de Joël Pommerat : c’est toujours un cadeau précieux, un rendez-vous privilégié, une promesse de bonheur… Le retour de Pinocchio, je l’attendais d’autant plus que c’est grâce à un autre conte – Cendrillon – que j’avais découvert le Pommerat magicien. Dans ma vie de spectatrice, il y a clairement un avant et un après Cendrillon.

Succédant sur la scène des Ateliers Berthier à la truculente Cendrier, un curieux pantin blafard nous invite à un voyage tout aussi inoubliable. Dès les premières secondes, le charme opère, avec l’apparition d’un conteur aux allures de forain (réincarnation du fameux criquet). Ce Monsieur Loyal nous décrit ce qu’il voyait lorsqu’il ne voyait pas… Le voyage vient de débuter. Il nous entraînera tour à tour dans la forêt, dans une salle de classe, sur une piste de danse, dans un cachot, chez une Fée, au plus profond de l’océan ainsi qu’à la surface d’une mer déchaînée. Tout cela sans autre artifice que les jeux de clair obscur. La lumière, toujours la lumière…

Mais l’efficacité du texte n’a rien à envier à la beauté de ces images. Joël Pommerat revisite le mythe créé par Collodi avec intelligence, finesse, subtilité, humour souvent, philosophie toujours. Il aborde des thèmes tels que la pauvreté (« En plus d’être vieux, tu es pauvre, alors ça c’est la meilleure de la journée !« ), le mensonge (« Rien n’est plus important dans la vie que la vérité »), la paternité (« J’ai envie de rentrer chez moi et de revoir mon père, il me manque ») et surtout la liberté (« Pinocchio, c’est le symbole de la transgression, la liberté par la bêtise et l’ignorance » explique Joël Pommerat). Au final, ce spectacle est une sorte de parcours initiatique pour l’enfant – et parfois le pantin – qui sommeille en nous.

A découvrir ou revoir en famille, cette variation magique de Joël Pommerat autour du mythe de Pinocchio :

1 – L’occasion de découvrir, pour ceux qui ne le connaissent pas encore, un auteur de spectacles d’une intelligence rare et précieuse.
2 – Par son jeu de noirs et de lumières tellement caractéristique, Joël Pommerat grave en nous des images d’une beauté mémorable.
3 – Un spectacle destiné, non pas aux enfants, mais à la part d’insouciance, de candeur et d’indispensable naïveté enfouie en chacun de nous.

ELECTRONIC KIT PRESS


Notice: Undefined index: index in /home/pianopandh/www/wp-content/themes/enfold/config-templatebuilder/avia-shortcodes/masonry_gallery.php on line 450

Notice: Undefined index: index in /home/pianopandh/www/wp-content/themes/enfold/config-templatebuilder/avia-shortcodes/masonry_gallery.php on line 453

Notice: Undefined index: index in /home/pianopandh/www/wp-content/themes/enfold/config-templatebuilder/avia-shortcodes/masonry_gallery.php on line 454

Revue de presse du 16 décembre 2015 : l’Autre, Pinocchio, Roméo et Juliette, Norma

 

1. Eric Ruf signe une superbe mise en scène de Roméo et Juliette dans la maison qu’il dirige depuis cet été :

– « Le patron de la Comédie-Française Eric Ruf réveille une belle endormie, avec sa mise en scène incandescente de « Roméo et Juliette » de Shakespeare, qui n’avait pas été donnée Salle Richelieu depuis soixante ans. » – Le Parisien

– « C’est la plus belle déclaration d’amour de la littérature dramatique et la scène n’a jamais été aussi simplement belle. » – Le Figaro

– « Le fol amour juvénile des deux héros, d’une ardeur égale à sa spontanéité, est porté avec force et flamme par Suliane Brahim, magicienne à la grâce aérienne, et Jérémy Lopez, fougueux, terrien.«  – Le JDD

– « Jérémy Lopez et Suliane Brahim ont la jeunesse de leur rôle, une technique imparable et une personnalité peu commune. » – Les Echos

– « Découvrir ou revoir cette tragédie légendaire fait battre le cœur, qui se prépare, s’ouvre et s’emporte, électrisé par la beauté et la force de cette œuvre unique et intimidante. » – Froggy’sDelight

– Interview d’Eric Ruf pour Le Monde

 

 

2. Au Poche-Montparnasse, Thibault Ameline propose une nouvelle mise en scène de l’Autre, la pièce de Florian Zeller créée il y a plus de dix ans :

– « D’une certaine façon, Florian Zeller régénère le théâtre bourgeois traditionnel en le dépoussiérant de toute idéologie et de toute rancoeur sociale. » – Froggy’s Deligth

– « Une pièce qui mine de rien, avec sa musicalité très particulière et cristalline, cache sans doute une sorte de tragédie de l’existence…. A voir, à déguster, à méditer. » – Le Figaro-le blog

– « Les trois acteurs font des merveilles avec ce texte écrit d’une écriture blanche. Ils parviennent à nous faire sentir avec talent leur douleur sourde et leur désaffection égoïste pour le passé et le futur. Benjamin Jungers y est épatant. » – Toute la culture

– « Fines et acérées, les répliques de « l’Autre » ne laissent rien déborder. L’auteur, amoureux de l’interprétation scénique abandonne entièrement son texte aux comédiens. » – France TV Info

– Interview de Florian Zeller pour Le Figaro

 

 

3. Aux Ateliers Berthier, c’est le retour du Pinocchio, de Joël Pommerat, un spectacle créé en 2008 toujours aussi magique :

– « Une fête disco somptueuse à sa rencontre avec la fée, le voyage de Pinocchio nous offre un feu d’artifice d’émotions et de sensations, entre ombres et lumières, joies et frissons. » – Les Echos

– « Sous la plume de Joël Pommerat, Pinocchio se transforme en un conte sombre sur la violence de la société. » – Telerama

– « On pense tous connaître Pinocchio et son histoire, mais lorsque Joël Pommerat se réapproprie l’œuvre, on se plaît à la redécouvrir. » – Les trois coups

– « Joël Pommerat imprime à Pinocchio une qualité de présence magnifiquement spectaculaire, et manifestement moderne. » – La Terrasse

– « Chacun est saisi, et le restera jusqu’à la fin des aventures de Pinocchio, qui se dessinent en tableaux qu’on dirait découpés dans le noir du plateau. » – Le Monde

 

 

4. Stéphane Braunschweig met en scène Norma, l’opéra de Bellini au Théâtre des Champs-Elysées :

– « Stéphane Braunschweig n’est certes pas le premier à vouloir signifier les deux mondes, public et privé, entre lesquels évolue la prêtresse gauloise Norma. » – Les Echos

– « La mise en scène de Stéphane Braunschweig ? Neutre et grise, elle mise sur le théâtre psychologique pour éviter le péplum, mais ne parvient qu’à remplacer une convention par une autre, sans éviter le ridicule dans la gestuelle du chœur. » – Le Figaro

– « Porté par une orchestration magistrale, des voix dans l’ensemble impressionnante et une mise en scène qui fait grimper l’émotion, cette Norma gagne vraiment à être connue et reconnue.«  – Toute la Culture

– « Ce personnage de femme qui mène une double vie, selon les mots de Stéphane Braunschweig, est porté par une musique d’un puissant lyrisme et d’une frémissante sensualité.«  – Les Echos

– Interview de Stéphane Braunschweig pour Libération


Notice: Undefined index: index in /home/pianopandh/www/wp-content/themes/enfold/config-templatebuilder/avia-shortcodes/masonry_gallery.php on line 450

Notice: Undefined index: index in /home/pianopandh/www/wp-content/themes/enfold/config-templatebuilder/avia-shortcodes/masonry_gallery.php on line 453

Notice: Undefined index: index in /home/pianopandh/www/wp-content/themes/enfold/config-templatebuilder/avia-shortcodes/masonry_gallery.php on line 454

Revue de presse du 9 décembre 2015 : l’Orestie, En attendant Godot, la Cerisaie et le méridien

 

1. Vingt ans après, Roméo Castellucci remonte son Orestie et divise la critique :

– « Reprise troublante d’un spectacle créé il y a vingt ans. Comme un vieux pull que l’on retrouve dans une armoire : il a beau être un peu usé aux coudes, on l’aime encore. » – Blog Mediapart

– « Choc des images, qui depuis ont été beaucoup imitées, et des sons. » – Le Monde

– « Dans ce magma théâtral, il y a certes des éclairs de grâce, des coups d’audace (Agamemnon réincarné en bouc sanglant), mais l’abus d’effets racoleurs et de pathos, le trash convenu, le rythme mal maîtrisé rendent l’ensemble indigeste. » – Les Echos

– « Un délire orgiaque charrie les effluves d’un monde en décomposition, avec des scènes sidérantes de force auxquelles succèdent de (longs) moments d’errance qui pousseraient à l’assoupissement si le spectacle n’était aussi bruyant. » – Marianne

 

2. En cette fin d’année, la tournée de la pièce de Jean-Pierre Vincent En attendant Godot passe par les Bouffes du Nord :

– « La mise en scène de Jean-Pierre Vincent donne à voir et à entendre la pièce sous un prisme nouveau qui s’impose et éclate d’évidence. » – Le JDD

– « Le Godot idéal pour découvrir la pièce ou la redécouvrir – pour entendre la moindre nuance de ce que nous dit Beckett, qui non seulement n’a pas vieilli, mais prend un sens tout à fait particulier aujourd’hui. » – Le Monde

– « En allant chercher du côté des clowns tristes que sont Laurel et Hardy et parfois Buster Keaton, la mise en scène de Jean-Pierre Vincent offre un moment de pur plaisir. » – L’Express

– « Jean-Pierre Vincent livre un Godot fait de silences et de rires. » – France TV Info

 

3. Au Théâtre de la Colline, le fameux collectif belge tg Stan s’attaque à La Cerisaie de Tchekhov :

– « La langue de Tchekhov passée à la moulinette du bien entendre par tous, ponctuée de blagues et d’apartés, de clins d’œil rieurs et de petites crises d’hystérie attractives devient, par l’art consommé du nivellement, d’une confondante et grossière quotidienneté. » – Les Inrocks

– « S’il fallait qualifier d’un mot « La Cerisaie » proposée par les tg STAN, le mot choisi serait limpidité. » – Froggy’s Delight

– « La force de ce théâtre-là est d’éloigner cette pièce monstre de Tchekhov de son habituelle pesanteur mélancolique. » – Telerama

– « Un théâtre qui s’envisage comme « une invitation au dialogue » plutôt que comme la conception d’un produit achevé. » – La Terrasse

 

4. Au Rond-Point, Nicolas Bouchaud joue seul sur scène Le méridien de Paul Celan, et c’est une performance :

– « Le Méridien, spectacle vraiment bouleversant par ailleurs, est le troisième solo que l’acteur Nicolas Bouchaud crée avec le metteur en scène Eric Didry, après La Loi du marcheur et Un métier idéal. » – Le Monde

– « Bouchaud, c’est Brel chantant sur scène et donnant tout. La poésie le possède. Il a une ­confiance absolue dans le verbe. » – Les Echos

– « Magie du théâtre, Nicolas Bouchaud fait de la pensée, un personnage, il trace à la craie sur le sol une carte du raisonnement de Paul Celan. » – France Info

– « On voudrait retenir chaque phrase, s’arrêter sur chaque fragment, en interroger le sens profond.«  – L’Humanité

– « Qui dit le texte, qui voit-on sur scène ? Celan ressuscité, Bouchaud lui-même, l’acteur, le poète ? Tous ceux-là et, en même temps, aucun d’entre eux seulement. » – La Terrasse

L’Orestie de Castellucci, sublime et magnétique

Orestie (une comédie organique?) – Spectacle vu le 3 décembre 2015
A l’affiche de l’Odéon-Théâtre de l’Europe jusqu’au 20 décembre 2015, puis en tournée (dates ici)
Création théâtrale de Roméo Castellucci d’après la trilogie d’Eschyle

 

©Guido Mencari

 

En reprenant son spectacle fondateur vingt ans après la création, Roméo Castellucci prouve qu’il est indémodable. 

Il y a vingt ans, je n’étais pas encore suffisamment « accro » au théâtre pour m’être précipitée voir l’Orestie. Désormais passée aux drogues dures, je n’aurais raté pour rien au monde cette reprise du génie italien. Quel choc ! Magnétique, hypnotique, magique, envoûtant, ensorcelant, éblouissant. Castellucci est avant tout plasticien et les tableaux qu’il nous offre sont dignes des plus grandes oeuvres d’art contemporain. Me resteront longtemps en mémoire cette carcasse de bouc s’élevant du tombeau d’Agamemnon, ces femmes obèses et ensanglantées que sont Cassandre et Clytemnestre, ces chevaux à peine perceptibles dans la pénombre bleue nuit tombée brutalement sur la scène, ces statuettes de lapins alignées qui explosent une à une, ce Pylade maigrissime et blafard coiffé d’un chapeau de clown triste…
Pour éviter d’être décontenancé, dérouté, voire déçu, peut-être vaut-il mieux se détacher de la tragédie d’Eschyle. Nul besoin de se remémorer la trilogie dramatique pour apprécier. Castellucci n’a conservé que de rares allusions au texte original, laissant souvent la part belle à un silence inquiétant et fascinant. C’est finalement Castellucci que l’on va voir, et pas Orestie. Un Castellucci au mieux de sa forme, qui prouve que son spectacle fondateur est toujours aussi audacieux et novateur.

Si vous avez la chance d’avoir vos billets pour Orestie, il vous feront vivre un voyage d’exception :

1 – Voyage dans l’oeuvre de Roméo Castellucci, l’occasion de revenir sur ses débuts et de constater le chemin parcouru par ce génial artiste.
2 – Voyage au gré de tableaux initiatiques emplis de figures monstrueuses, dévastées, barbares, sauvages et tellement envoûtantes.
3 – Voyage à travers une langue tronquée, des sons explosifs, des silences pesants, des hurlements stridents et des musiques angoissantes.

 

Victoire du Bois_portrait_Pianopanier

Interview de Victoire du Bois

Interview de Victoire du Bois – 11 novembre 2015

 

Rencontre avec une toute jeune comédienne dont on n’a pas fini d’entendre parler…

Douceur des traits et du propos, allure juvénile. Et puis une sorte de gravité, de sagesse, de grande maturité. Est-ce lié à son dernier rôle, celui de Sacha dans la mise en scène d’Ivanov par Luc Bondy ? Elle a rencontré ce metteur en scène dans des circonstances particulières. Elle faisait partie des comédiens qui devaient jouer dans « Comme il vous plaira » – le dernier spectacle de Patrice Chéreau. Ces comédiens « orphelins » auxquels Luc Bondy a proposé de monter Tartuffe – un spectacle qui sera repris début 2016.

Mais c’est bien le rôle de Sacha qui a « fait grandir » Victoire. Un rôle rencontré à point nommé. Un de ces rôles qui bouleversent une carrière. Il s’est quasiment imposé à elle, tant les correspondances avec sa vie sont nombreuses et évidentes. Elle évoque avec un plaisir non dissimulé cette aventure partagée avec une troupe aussi talentueuse que variée. Profondément touchée par l’inépuisable univers de Tchekhov, elle a soulevé avec lui des questions aussi essentielles que les solitudes, les tricheries, les contradictions de l’être humain…

Lorsque l’on interroge Victoire sur la suite, elle ne semble pas attendre de projets précis, elle n’exprime aucune envie particulière. Le luxe de l’acteur, selon elle, c’est justement de ne pas savoir ce qui va se passer, de rester très fortement ancré dans le présent. Il y a fort à parier que la succession de ces différents « présents » construira une carrière aussi lumineuse que la Sacha qui nous l’a révélée…

Caroline Proust_Portrait

Interview de Caroline Proust

Caroline Proust : la vie à cent à l’heure

Interview du 5 novembre 2015
Aux Ateliers Berthier – Odéon Théâtre de l’Europe

Actuellement à l’affiche de « Vu du Pont«  de Ivo van Hove  

Piano Panier : Comment êtes-vous arrivée sur le projet « Vu du Pont »?

Caroline Proust : Il y a un peu plus d’un an, Dominique Pitoiset m’a contactée pour reprendre le rôle de Barbara Fordham dans sa mise en scène d’Un été à Osage County. J’ai hésité – pas longtemps – avant d’accepter ce qui représentait un gros défi, dans la mesure où l’on était à 9 jours de la première… Cette première fut l’une des pires représentations de ma vie, tellement j’angoissais de ne pas savoir mon texte mais tout s’est bien passé. C’est sur ce spectacle qu’Eric Bart, directeur de la Programmation de l’Odéon m’a repérée pour le spectacle d’Ivo van Hove. Je me rends compte que j’aime travailler dans l’urgence, c’est aussi la caméra qui apprend ça !

Piano Panier : Vous avez eu finalement très peu de temps pour la reprise parisienne de ce spectacle créé à Londres l’année dernière ?

Caroline Proust : Concrètement, nous n’avons eu que 13 jours de répétition avec Ivo van Hove. Nous avions tous déjà vu le spectacle à Londres, et nous avions accès aux captations, même si, personnellement, j’ai préféré  rester « vierge » de tout visionnage. Ivo van Hove est très précis dans son travail, très rigoureux et très doux dans sa direction.

Piano Panier : Comment définiriez-vous le personnage de Béatrice, que vous incarnez ?

Caroline Proust : Elle est bienveillante, prête à tout sacrifier par amour pour son homme. Je pense qu’aujourd’hui, une femme moderne partirait, elle le quitterait… Et malgré tout, l’histoire de Béatrice qui décide de sombrer avec son compagnon trouve un écho malheureux dans ce qui se passe chez certaines femmes. Ces femmes qui ne travaillent pas, qui vivent sous le joug de leurs maris… Je n’avais pas senti cette dimension à la lecture de la pièce. J’avais surtout été frappée par le parallèle avec la situation actuelle des migrants.

Piano Panier : Quels sont vos autres projets ?

Caroline Proust : Actuellement, je travaille sur un long métrage que je vais réaliser avec Etienne Saldes, sur l’histoire de Sandrine Ageorges Skinner et son combat contre l’exécution de son mari. Hank Skinner, dont je suis persuadée qu’il est innocent, se trouve depuis 22 ans dans les couloirs de la mort… Pour nous, il y a urgence à tourner ce film, pour tenter d’attirer l’attention de l’opinion publique sur cette scandaleuse erreur judiciaire. J’aimerais donc avoir bouclé le tournage avant d’entamer la saison 6 d’Engrenages.  A ce propos, le 24 novembre je serai à New York : la série est nominée aux Amy Awards ! Et deux jours après, je file à Bruxelles sur le tournage de la web série Amnesia. Ce qui est génial dans ce métier, c’est de pouvoir passer ainsi d’un univers à l’autre en si peu de temps.

Piano Panier : Les journées doivent vous sembler bien courtes ?

Caroline Proust : Oui ! mais je m’ennuierais si je n’avais pas autant de perspectives et de projets ! Et je trouve encore le temps de passer du temps avec mes filles. Ce soir, par exemple, juste avant d’arriver au théâtre je les ai aidées à préparer un gâteau. Elles sont persuadées que je pourrais concourir à Top Chef !

Piano Panier : Un coup de coeur ?

Caroline Proust : L’histoire de Sandrine et Hank !

Piano Panier : Un coup de gueule ?

Caroline Proust : J’ai bien conscience que le problème des migrants est extrêmement complexe mais je suis en colère contre notre gouvernement qui pourrait s’impliquer davantage…

Piano Panier : Un coup de blues ?

Caroline Proust : La centrale nucléaire de Fessenheim qui n’est toujours pas fermée, en dépit des promesses de François Hollande – c’est plus qu’un coup de blues !

Piano Panier : Coup bas ?

Caroline Proust : Tout ce qui va à l’encontre, à l’inverse de la franchise ; c’est ce qui fait que le monde va mal.

Piano Panier : Coup de foudre ?

Caroline Proust : Ivo van Hove.

Piano Panier : Coup de génie ?

Caroline Proust : C’est rare ! Pour moi le véritable génie consiste à associer plusieurs talents pour s’en rapprocher…

Piano Panier : Coup de sang ?

Caroline Proust : J’ai plutôt tendance à démarrer au quart de tour ; c’est compliqué pour mon entourage ! Les coups de sang les plus fréquents, je les ai sur la route. Je circule à vélo et je suis confrontée chaque jour à l’incivisme des automobilistes, des scooters, et même des piétons !

Piano Panier : Coup d’envoi ?

Caroline Proust : Amnesia.

Piano Panier : Coup dur ?

Caroline Proust : Les meurtres de la police américaine sur des noirs américains.

Piano Panier : Coup d’essai ?

Caroline Proust : Mon film. Il y a urgence à démarrer le plus vite possible le tournage.

Piano Panier : Coup de tête ?

Caroline Proust : D’avoir contacté cet acteur très connu pour le rôle principal du film…

Piano Panier : Coup de théâtre?

Caroline Proust : Il va accepter : ce sera mon coup de théâtre !


Notice: Undefined index: index in /home/pianopandh/www/wp-content/themes/enfold/config-templatebuilder/avia-shortcodes/masonry_gallery.php on line 450

Notice: Undefined index: index in /home/pianopandh/www/wp-content/themes/enfold/config-templatebuilder/avia-shortcodes/masonry_gallery.php on line 453

Notice: Undefined index: index in /home/pianopandh/www/wp-content/themes/enfold/config-templatebuilder/avia-shortcodes/masonry_gallery.php on line 454

Revue de presse du 14 octobre 2015 : Vu du Pont, Fleur de Cactus, Irma la Douce et The Servant

 

 

1. Aux Ateliers Berthier du Théâtre de l’Odéon, Ivo von Hove met en scène « Vu du Pont » d’Arthur Miller :

– « Les applaudissements qui clôturent une prestation hors normes sont à la mesure du choc.« – Marianne

– « Vu du pont : une tragédie aussi vieille que le conflit entre loi et justice, ou entre réalité et désir ; une version moderne du mythe du Paradis perdu. » – France Inter

– « Le directeur de l’Odéon Luc Bondy a vu le spectacle à Londres et a demandé à Ivo van Hove de le jouer avec des acteurs français.« – Le Point

– « La scénographie est à la hauteur du propos : la scène n’est pas devant nous mais au centre, tel un ring, coincée entre quatre plaques de verre froides et étanches.« – Non Fiction.fr

 

2. Catherine Frot et Michel Fau hilarants dans « Fleur de Cactus » au Théâtre Antoine :

– « Le show piquant de Fau et Frot.« – Les Echos

– « Michel Fau, grand amoureux du théâtre de boulevard, a souhaité garder la pièce « dans son jus » des années 60-70, avec des décors et costumes « vintage » et des extraits musicaux pop désopilants.« – Le Point

– « Le public rit de très bon cœur et s’amuse. » – Le Figaro

– « Au côté de Michel Fau, savoureux en patron dentiste réfractaire au mariage, Catherine Frot est la grande vedette de la soirée.« – Le JDD

– « La pièce, où les personnages entrent et sortent comme un feu d’artifice d’un placard, flirte avec Labiche et Feydeau pour les costumes d’époque et les quiproquos, avec les Deschiens pour l’absurde et l’insolence, sans oublier un clin d’oeil au théâtre amateur.« – le Parisien

 

3. Au Théâtre de la Porte Saint-Martin, « Irma la Douce » chante et enchante :

– « Avec un humour appuyé (souvent hilarant, parfois lourdaud), Nicolas Briançon revisite la comédie musicale d’Alexandre Breffort et Marguerite Monnot, créée dans les années 1950.« – Telerama

– « On s’amuse, tant les comédiens s’en donnent à cœur joie.« – La Croix

– « Nicolas Briançon prend par le bon bout ce musical léger et ultradésuet.« – Les Echos

– « Habituée de la scène, Nicole Croisille sait jouer avec le public sans que cela soit surfait. » – Les Trois Coups

 

4. Au Théâtre de Poche-Montparnasse, il est encore temps d’aller applaudir Maxime d’Aboville dans « The Servant » :

– « En s’appuyant sur une distribution jeune et brillante, il parvient à saisir les thèmes du roman de Robin Maugham : l’affrontement des classes sociales, l’ambiguïté sexuelle, la perversion, le sadomasochisme...« – L’Express

– « On est immédiatement happé par une atmosphère, des personnages, une action, un suspens, et cela fait que l’on ne pense pas du tout au film. » – BlogFigaro

– « Pas d’audaces formelles dans la mise en scène de Thierry Harcourt, qui se contente de coller au texte, efficace et vif. »- Les Echos

– « Cinq individus aux visages ambigus, cinq comédiens aux facettes remarquables. Leurs interprétations sont parfaitement limpides, spontanées et leurs personnages entiers et complètement étudiés.« – The Huffingtonpost