Ivanov

Un Ivanov sublime de noirceur

Vu le 29 janvier 2015
Reprise à l’Odeon Théâtre de l’Europe du 2 octobre au 1er novembre 2015
Mise en scène : Luc Bondy

 

Copyright : Thierry Depagne

« Sur la scène de l’Odéon, Micha Lescot en Ivanov nous procure un bonheur à la hauteur du désespoir qui le hante. »

Moi qui suis une inconditionnelle de Tchekhov et qui n’hésite pas à le placer sur le podium entre Molière et Shakespeare, je n’avais encore jamais vu Ivanov!
Peut-être attendais-je inconsciemment la mise en scène qui me révèlerait cette « oeuvre de jeunesse » – rappelons que Tchekhov en écrit la première version à 27 ans. Autant vous dire que je n’ai pas été déçue de cette découverte  à l’Odéon.

Invanov, c’est l’histoire assez banale d’un être assez banal, un « monsieur tout le monde » qui sombre dans la dépression. Tchekhov disait : « Il y en a des milliers, des Ivanov… l’homme le plus normal du monde, pas du tout un héros ». 

Pour incarner cet « anti-héros », Luc Bondy a fait appel au formidable Micha Lescot (qui était son Tartuffe la saison dernière). 1,92m de pur génie sur scène : Micha Lescot parvient à nous faire sentir la déshérence de son personnage, il se désincarne quasiment sous nos yeux, s’évanouit à mesure que la pièce avance. Il est là sans être là.  Comme si Luc Bondy lui avait demandé de jouer « le rien », d’incarner « la vacuité ». Impossible pari, pourtant réussi!

Autour d’Ivanov, participant de son état et l’entraînant dans sa mélancolie, une distribution sans faute : Marina Hands « maladémouvante », Marcel Bozonnet alcoolique et sous l’emprise de son épouse Christiane Cohendy, aussi richissime que radine, Chantal Neuwirth méchante et cancanière, Ariel Garcia Valdès misogyne et antisémite, Fred Ulysse joueur de cartes invétéré, Laurent Gréville affairiste rêveur… Dans cette galerie de personnages, il n’y en a aucun de « récupérable » : ils sont tous plus mesquins les uns que les autres. Sauf peut-être le médecin (il y en a toujours un chez Tchekhov). Et celle qui tente vainement de sauver Ivanov de lui-même : Sacha (Sashenka) remarquablement interprétée par Victoire du Bois.

3 raisons de prendre vos places pour cet Ivanov de Luc Bondy

1 – Que vous soyez comme moi fan de Tchekov ou non, vous ne pouvez passer à côté de sa première grande pièce – sa plus cruelle, plus désespérée, et peut-être sa plus belle.
2 – Micha Lescot livre une véritable performance : il parvient à incarner l’ennui, la mélancolie, le désespoir ; aussi impressionnant dans ce rôle qu’il l’était dans Tartuffe.
3 – Pour entourer son Ivanov, Luc Bondy a su trouver la distribution idéale, il a réussi le prodige de réunir 18 comédiens virtuoses sur la scène de l’Odéon.

 

ELECTRONIC KIT PRESS

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *