Le Prince de Hombourg

Le Prince va mourir…vive le Prince!

Vu au Théâtre des Gémeaux de Sceaux le 12 février 2015
Actuellement en tournée
Mise en scène : Giorgio Barberio Corsetti

 

Copyright : Olimpia Nigris

« Corsetti a relevé le défi de monter dans la Cour d’honneur du Palais des Papes Le Prince de Hombourg, 40 ans après l’interprétation de Gérard Philippe… »

L’été dernier, j’avais pris mes places pour le Prince de Hombourg à Avignon. Je les avais réservées le 14 juin, jour d’ouverture de la billetterie du IN. Le bras de fer entre notre gouvernement et les intermittents du spectacle avait débuté. Il se poursuivit pendant le festival, il se poursuit encore aujourd’hui mais c’est une autre histoire… Le soir du 12 juillet donc, j’avais rendez-vous dans la Cour d’Honneur avec Corsetti et ses comédiens. Mais l’équipe des techniciens en avait décidé autrement… Qu’à cela ne tienne, je suis allée voir un autre spectacle, parmi les 1307 que proposait le OFF. Et je me suis promis d’aller voir le Prince lorsqu’il passerait en tournée en 2015.

7 mois jour pour jour après ce rendez-vous manqué, me voici donc au Théâtre des Gémeaux de Sceaux, Scène Nationale co-productrice du spectacle. Première bonne surprise : ici, pas de mistral!…
Le plateau est immense…Moins impressionnant que la Cour d’Honneur, mais connu pour être l’un des plus beaux d’Ile-de-France.
Il semble assez dénudé au lever de rideau, il le restera pendant toute la pièce. Faisant la part belle aux surprises scénographiques que nous réserve Giorgio Corsetti.

Je ne connaissais pas le texte. Dans mon esprit, « Le Prince de Hombourg » était associé  à la légende de Gérard Philippe. Sans doute comme dans beaucoup d’esprits… L’imaginaire collectif, c’est aussi cela…
Qu’il est beau, ce texte ! On nage en plein romantisme allemand – rappelons que l’auteur, Heinrich Von Kleist, contemporain de Goethe s’est suicidé à l’âge de 34 ans…

La distribution est impeccable. Le pari de succéder à Gérard Philippe dans le rôle titre, Xavier Gallais le relève avec brio. Ses compagnons de route ou d’infortune sont à la hauteur, notamment Clément Bresson et Luc-Antoine Diquéro.

Les rôles féminins sont moins intéressants mais les deux comédiennes défendent leur partition avec talent. Aux côtés d’Anne Alvaro, dont le jeu peut sembler ampoulé, une formidable Princesse Nathalie/Eléonore Joncquez. Retenez bien ce nom, chers lecteurs : je prédis une grande carrière à cette fan inconditionnelle de Claudel!…

Trois raisons d’espérer que la tournée du « Prince de Hombourg » passe près de chez vous

1 – Pour découvrir un sacré texte, dans la veine des « Souffrances du Jeune Werther », l’un des symboles du romantisme allemand.
2 – Pour la scénographie de Giorgio Corsetti, tout simplement belle, aussi fascinante qu’épurée.
3 – Pour une pléiade de comédiens, jeunes talents ou piliers de la scène, avec une mention toute particulière à Xavier Gallais et à Eleonore Joncquez.

INTERVIEW

ELECTRONIC KIT PRESS

 

 

Ivanov

Un Ivanov sublime de noirceur

Vu le 29 janvier 2015
Reprise à l’Odeon Théâtre de l’Europe du 2 octobre au 1er novembre 2015
Mise en scène : Luc Bondy

 

Copyright : Thierry Depagne

« Sur la scène de l’Odéon, Micha Lescot en Ivanov nous procure un bonheur à la hauteur du désespoir qui le hante. »

Moi qui suis une inconditionnelle de Tchekhov et qui n’hésite pas à le placer sur le podium entre Molière et Shakespeare, je n’avais encore jamais vu Ivanov!
Peut-être attendais-je inconsciemment la mise en scène qui me révèlerait cette « oeuvre de jeunesse » – rappelons que Tchekhov en écrit la première version à 27 ans. Autant vous dire que je n’ai pas été déçue de cette découverte  à l’Odéon.

Invanov, c’est l’histoire assez banale d’un être assez banal, un « monsieur tout le monde » qui sombre dans la dépression. Tchekhov disait : « Il y en a des milliers, des Ivanov… l’homme le plus normal du monde, pas du tout un héros ». 

Pour incarner cet « anti-héros », Luc Bondy a fait appel au formidable Micha Lescot (qui était son Tartuffe la saison dernière). 1,92m de pur génie sur scène : Micha Lescot parvient à nous faire sentir la déshérence de son personnage, il se désincarne quasiment sous nos yeux, s’évanouit à mesure que la pièce avance. Il est là sans être là.  Comme si Luc Bondy lui avait demandé de jouer « le rien », d’incarner « la vacuité ». Impossible pari, pourtant réussi!

Autour d’Ivanov, participant de son état et l’entraînant dans sa mélancolie, une distribution sans faute : Marina Hands « maladémouvante », Marcel Bozonnet alcoolique et sous l’emprise de son épouse Christiane Cohendy, aussi richissime que radine, Chantal Neuwirth méchante et cancanière, Ariel Garcia Valdès misogyne et antisémite, Fred Ulysse joueur de cartes invétéré, Laurent Gréville affairiste rêveur… Dans cette galerie de personnages, il n’y en a aucun de « récupérable » : ils sont tous plus mesquins les uns que les autres. Sauf peut-être le médecin (il y en a toujours un chez Tchekhov). Et celle qui tente vainement de sauver Ivanov de lui-même : Sacha (Sashenka) remarquablement interprétée par Victoire du Bois.

3 raisons de prendre vos places pour cet Ivanov de Luc Bondy

1 – Que vous soyez comme moi fan de Tchekov ou non, vous ne pouvez passer à côté de sa première grande pièce – sa plus cruelle, plus désespérée, et peut-être sa plus belle.
2 – Micha Lescot livre une véritable performance : il parvient à incarner l’ennui, la mélancolie, le désespoir ; aussi impressionnant dans ce rôle qu’il l’était dans Tartuffe.
3 – Pour entourer son Ivanov, Luc Bondy a su trouver la distribution idéale, il a réussi le prodige de réunir 18 comédiens virtuoses sur la scène de l’Odéon.

 

ELECTRONIC KIT PRESS

Oblomov

Grande leçon d’oblomovisme

Vu le 22 janvier 2014
Comédie Française – Vieux Colombier
Mise en scène : Volodia Serre

 

 

« Quand l’oblomovisme, ou l’art de rester au lit touche un Guillaume Gallienne toujours plus talentueux »

Connaissez-vous l’oblomovisme ?… Moi je ne connaissais pas avant de découvrir la pièce au Théâtre du Vieux Colombier.
Figurez-vous que ce terme est entré dans le dictionnaire russe à la sortie du roman de Gontcharev. « Oblomovisme » (en russe oбломовщина) ou encore oblomoverie : mélange d’apathie, de léthargie, d’inertie, d’engourdissement, de rêverie inactive, qui se manifeste dans l’horreur du travail et de la prise de décision, la procrastination.
On pourrait dire aussi : capacité du héros Oblomov à rester en position allongée, ne trouvant le bonheur que dans le sommeil.

Les rares moments où Oblomov accepte de quitter son lit sont ceux qu’il passe auprès d’Olga, une cantatrice dont il tombe éperdument amoureux.
Mais cette idylle de dure guère : c’est lui qui décide d’y mettre fin en… retournant se coucher! Oblomov est le roman du renoncement : à quoi bon ? – le personnage principal est hanté par cette question.

A quoi bon ? C’est la question que se pose et que nous pose Guillaume Gallienne.
Exceptionnel, formidable, drôle, émouvant, ébouriffant, incroyable, inouï, fantastique, bouleversant… Guillaume Gallienne ne quitte pas la scène, il nous embarque trois heures durant.

Ses partenaires sont à la hauteur, notamment Sébastien Pouderoux en Stolz, son ami d’enfance. Stolz est tout le contraire d’Oblomov : il incarne l’énergie et l’esprit d’initiative. Il tente vainement de démontrer à son ami que la vie vaut la peine d’être vécue. Il use de tous les stratagèmes possibles pour le sortir de son lit. C’est lui qui lui présente Olga. Peine perdue…Oblomov retourne se coucher, car « à quoi bon » ?

3 raisons d’espérer une reprise d’Oblomov au Français la saison prochaine :

1 – Parce que ce roman de Gontcharev porté à la scène est un monument de la littérature russe.
2 – Parce que Guillaume Gallienne que vous croyez connaître et aimer, vous allez le redécouvrir et l’idolâtrer !
3 – Parce que l’oblomovisme, c’est tout de même un sacré truc !

La double inconstance

Un vrai faux Marivaux au Français

Spectacle vu le 11 janvier 2014
Reprise à la Comédie Française – Salle Richelieu – du 16 octobre 2015 au 14 février 2016
Mise en scène : Anne Kessler

 

Copyright : Brigitte Enguérand

« Anne Kessler nous invite dans les coulisses du Français, pour assister à une série de répétitions de la Double Inconstance de Marivaux… »

L’un des mes plus grands plaisirs : assister à un spectacle de la Comédie Francaise avec “ma petite famille”.
Je pense que nous nous souviendrons longtemps de cette date du 11 janvier 2015 : le jour où 4 millions d’entre nous sommes descendus dans les rues pour crier : “je suis Charlie, je suis la République”…
De République à Palais-Royal, la petite famille est passée du bitume aux fauteuils de la salle Richelieu. Des slogans porteurs d’espoir à un spectacle assez pessimiste – comme le sont tous ceux de Marivaux.

Le pitch, pour ceux qui ne connaissent pas la pièce : Arlequin aime Sylvia qui aime Arlequin. Mais le Prince aime également Sylvia et fait enlever les deux amants. Son objectif : se faire aimer de Sylvia et faire tomber Arlequin sous les charmes de sa complice Flaminia.
A force de ténacité, le Prince parviendra à ses fins, d’où la dimension plutôt “noire” et pessimiste que j’évoque… Marivaux ne se faisait guère d’illusions sur la nature humaine ; difficile de l’en blâmer en ce début d’année 2015…

Je suis fan de Marivaux, et cette pièce est l’une de mes préférées. Elle est servie par des comédiens toujours aussi excellents – mention spéciale à Stéphane Varupenne qui donne un petit côté viril à son Arlequin et à Florence Viala, toujours parfaite.

Je suis plus réservée sur le parti pris d’Anne Kessler : à quoi bon ce “jeu dans le jeu”?… Pourquoi avoir proposé ce principe d’une répétition de la pièce de Marivaux ?… Résultat : quelques longueurs, un manque de fluidité, des sources d’incompréhension.
Je suis sortie en me disant : c’est bien mais ça aurait été super si on avait assisté à la première, plutôt qu’aux préparatifs.
Mais certains membres de « la petite famille » ont adoré ce parti pris de mise en scène!

3 raisons d’aller découvrir « La double inconstance  » à la Comédie Française

1. Pour découvrir ou redécouvrir la langue de Marivaux, au travers de l’une des ses plus belles pièces.
2. Pour assister à une version « remix » des liaisons dangereuses.
3. Pour constater à quel point l’actuelle troupe du Français est talentueuse (je ne m’en lasse pas, ils sont tellement doués !)

Dom Juan ou le Festin de Pierre

Deux représentations valent mieux qu’une

Vu le 23 novembre 2014
Comédie Française – Salle Richelieu
Mise en scène : Jean-Pierre Vincent

 

Copyright : Brigitte Enguérand

« Rarement duo de comédiens m’aura autant enchantée : Dom Juan/Loïc Corbery et Sganarelle/Serge Bagdassarian communiquent au spectateur le plaisir qu’ils prennent à jouer l’une des plus belles pièces de Molière »

Ce qui est chouette avec le spectacle vivant, contrairement au cinéma, c’est que vous pouvez assister cinq fois à la même pièce, et voir cinq représentations différentes.
Les comédiens de théâtre ne sont pas prisonniers d’une pellicule. Chaque soir ils remettent le couvert, chaque soir le plat est différent.

Plusieurs fois, j’ai fait cette expérience de retourner voir un spectacle.
Dernier en date : Dom Juan – l’une de mes pièces favorites de Molière – à la Comédie Française.
J’avais découvert cette mise en scène de Jean-Pierre Vincent lors de sa création en 2012. Très bon souvenir.
J’y retourne donc fin 2014…pour constater que le spectacle s’est bonifié avec le temps!

D’après Serge Bagdassarian – immense comédien du Français et parrain de ce blog- un spectacle d’une telle ampleur n’est pas totalement rôdé lorsqu’il débute.
La seconde fois, j’ai perçu le lien qui s’était tissé au fil des représentations entre Serge Bagdassarian / Sganarelle et Loïc Corbery/ Dom Juan.
Certaines scènes sont devenues d’anthologie, comme celle entre les deux paysannes -acte 2 ou celle du souper -acte 4.

La mise en scène est percutante. Ce Dom Juan d’un cynisme affolant nous fait vibrer en même temps qu’il nous dérange. Loïc Corbery, inflexible et insolent est parfait dans ce registre.
Il devrait vous donner, comme à moi, une envie d’y revenir…

3 raisons de courir voir (ou revoir) ce Dom Juan à la Comédie Française

1 – Si vous ne connaissez pas cette pièce de Molière, ne ratez pas l’occasion de la découvrir avec des comédiens du Français au top de leur forme.
2 – Si vous avez déjà vu cette pièce, retournez-y car la mise en scène de Jean-Pierre Vincent lui donne un coup de jeune – et ce jusqu’à la toute dernière scène…
3 – Si vous avez déjà assisté à ce spectacle lors de sa création en 2012, retournez-y également! Promis : c’est encore mieux la seconde fois!!!

INTERVIEW

Serge Bagdassarian, Sociétaire à la Comédie Française [ vendredi 30 janvier 2015 ]