Mangez-le si vous voulez…

Inspiré de faits réels

Vu pour la première fois à Avignon en 2013
Mise en scène : Clotilde Morgièvre et Jean-Christophe Dollé – Compagnie Fouic Théâtre

 

Copyright : Gérard Flandrin

« Quand la talentueuse compagnie des “Fouic” met en scène le roman de Jean Teulé, cela donne un spectacle ultra rock à déguster sans modération… »

Mieux vaut prévenir : ce spectacle est de ceux qui dérangent, qui mettent mal à l’aise.
De ceux qui questionnent sur l’humanité. Ou plutôt sur la part d’inhumanité qui sommeille en chacun de nous…

En juillet 2013, je découvre “Mangez-le…” à Avignon, dans une salle minuscule qui affiche très vite complet, bouche-à-oreille oblige…
Je suis “scotchée”, tous mes sens en émoi. A la fois écoeurée et ravie de voir ces comédiens repousser les limites de l’ignominie.

Pour ceux qui n’ont jamais entendu parler de ce spectacle, malgré le buzz de l’année dernière, petite séance de rattrapage…
Le titre de la pièce “Mangez-le si vous voulez” est la réplique qui fait tout basculer. Car “le” n’est ni un steack, ni un éclair au chocolat.
“Le”, c’est “lui” : Alain de Moneÿs, aristocrate d’une trentaine d’années dont la seule erreur fut de se trouver sur une foire de paysans un jour de 1870.

La pièce est tirée du roman de Jean Teulé, lui-même inspiré du fait divers de Hautefaye.
Fait divers, drame criminel, “affaire” : autant de termes qui recouvrent une réalité. Celle d’un notable de province que ses voisins et amis ont lynché, torturé, immolé par le feu…pour finalement le dévorer.

Comment mettre en scène un tel supplice? Rendre compte de la bêtise humaine ? Raconter en une heure trente cette folle journée de 1870?
Les Fouic ont relevé le défi. Ils n’ont pas lésiné sur les effets de mise en scène. Offrant notamment un rôle en or à une cuisine en formica très « fifties » ainsi qu’à deux musiciens électro.

Pascal Guillaume -de la société de production Ki m’aime me suive – avait repéré cette pépite à Avignon. Il lui a offert “une seconde vie” dans son théâtre parisien, le Tristan Bernard, entre janvier et avril 2014.
Ce qui a contribué à lancer la tournée actuelle et m’a accessoirement permis d’en reprendre une bouchée!…

Trois raisons de ne pas louper le spectacle « Mangez-le si vous voulez » lorsque la tournée passera près de chez vous

1 – Pour le talent de mise en scène et d‘interprétation de Jean-Christophe Dollé et Clotilde Morgièvre. Pour leur audace, surtout – ils osent repousser les limites jusqu’à l’insoutenable …
2 – Pour les deux musiciens à qui l’on doit le côté “rock&drôle” de ce spectacle-réalité.
3 –Pour réfléchir sur notre propre part de folie, car le “drame de Hautefaye” n’est hélas qu’une illustration de cette “bascule” qui peut s’opérer en chacun de nous.

INTERVIEW

ELECTRONIC KIT PRESS

La Réunification des deux Corées

Histoires de couples par le magicien Pommerat

Vu le 19 décembre 2014 – Ateliers Berthier- Théâtre de l’Europe
Actuellement en tournée
Mise en scène : Joël Pommerat

 

Copyright : Elizabeth Carecchio

« Quand Joël Pommerat, l’un des auteurs-metteurs en scène les plus doués du moment s’intéresse à nos histoires de couples… »

Si vous ne connaissez pas encore Joël Pommerat, si vous n’avez pas encore assisté à l’une de ses mises en scène, je vous envie : il vous reste à découvrir un véritable magicien.

Jeudi 19 décembre – Ateliers Berthier.
Un plateau bifrontal.
Une place au centre du premier rang de cette salle transfigurée par Joël Pommerat.

Une succession de scènes de vie quotidienne – scènes de ménage, scènes de famille.
Souvent émouvantes, parfois drôles, toujours justes.
C’est précisément l’enchaînement qui est dingue chez Pommerat…
En trois secondes de noir le spectateur quitte le cortège d’un mariage pour se retrouver en pleine fête foraine. Avec de vraies auto-tamponneuses.
Trois autres secondes pour atterrir dans un asile psychiatrique. Et les auto-tamponneuses ont disparu : si ce n’est pas de la magie, ça!
Magie aussi les comédiens qui, surgis de nulle part, donnent vie à des êtres tellement différents d’une scène à l’autre.

La plupart des comédiens choisis par Joël Pommerat travaillent avec lui depuis les débuts de sa Compagnie Louis Brouillard. Ils ne sont pas lisses, pas beaux, pas « propres sur eux ». Ils sont décharnés, cassés, crayeux.
Ils ont des voix dissonantes, d’outre-tombe, hypnotiques. On les entend crier, hurler, beugler. Mais aussi murmurer, chuchoter, cajoler.  L’un des partis pris de Pommerat est de sonoriser ses acteurs, ce qui leur permet de faire passer autant d’émotions.

Forcément, dans ce type de pièces qui consistent à enchaîner une vingtaine de saynettes, certaines paraissent plus « faibles » que d’autres et le résultat peut sembler inégal. Mais lorsque l’une d’elles vous « cueille » comme m’a cueillie la scène d’Alzeimer, vous ne regrettez pas le déplacement. Et ces quelques scènes qui vous ont marqué, vous y repensez bien longtemps après avoir quitté la salle.
Puis vous avez envie de découvrir un autre Pommerat, puis un autre, et encore un autre. Car Pommerat n’est pas seulement un magicien : il est une drogue dont je vous recommande d’user sans modération!…

3 raisons de découvrir ou redécouvrir Pommerat avec ce spectacle « La réunification des deux Corées »

1 – Pour la scénographie rythmée par les noirs – le noir étant la marque de fabrique de Joël Pommerat. Une scénographie qui nous donne le sentiment de rêver éveillé.
2 – Pour quelques scènes de couples d’anthologie, dérangeantes et drôles, qui vous hanteront longtemps après le spectacle.
3 – Pour les comédiens de la Compagnie Louis Brouillard indissociables de la magie Pommerat.

INTERVIEW


ELECTRONIC KIT PRESS

Les Coquelicots des tranchées

La « Der des der » comme si vous y étiez…

Vu au Théâtre 14 le 12 décembre 2014
Actuellement en tournée
Mise en scène : Xavier Lemaire

 

Copyright : PhotoLot

« Spectacle ambitieux sur la grande guerre, mise en scène cinématographique pour une fresque… les Coquelicots des Tranchée sacré prix du public fut l’un de mes coups de cœur d’Avignon 2014 »

Mention particulière pour ce spectacle que j’ai eu la chance de voir quasiment naître.
Quelques explications…
Il y a deux ans, j’ai eu l’occasion d’effectuer un stage au sein de la société de production et de diffusion Atelier Théâtre Actuel. Merci à toute l’équipe qui m’a accueillie et fait découvrir de fabuleux spectacles, notamment les Chatouilles, Mangez-le si vous voulez…

J’arrive donc en février 2012 chez ATA et j’assiste à la lecture des Coquelicots des Tranchées, un texte de Georges-Marie Jolidon et Xavier Lemaire.
Une lecture, c’est un peu particulier…c’est comme visiter un appartement sur plan : on ne se rend pas forcément compte de ce que donnera le spectacle.
Ce jour-là, je sors enthousiasmée du Théâtre 14 : je flaire la pépite ; j’imagine un spectacle intelligent, fort, émouvant…
Les mois passent, le projet mûrit, grandit au fil des répétitions orchestrées par Xavier Lemaire.

Arrive Avignon 2014, et un truc dingue : “Les Coquelicots”, une pièce de 2h30, mettant en scène 12 comédiens pour 60 personnages se joue tous les matins sur la petite scène de la Luna!…
Pour moi c’est le choc! J’ai tellement parlé de cette pièce à mon chéri que j’ai peur qu’il soit déçu… mais non, le choc pour lui aussi! Le choc pour tous les spectateurs.
Standing ovation à la fin de chaque représentation, un bouche-à-oreille qui se met très vite en place, une salle comble tous les jours, le prix du Public…l’aventure vient de démarrer.

Alors, cher lecteur, imaginez mon degré d’excitation à la veille de retourner voir ce spectacle…au Théâtre 14! La boucle est bouclée pour moi, mais j’espère sincèrement que l’aventure des coquelicots de ne s’arrêtera pas là et qu’une reprise parisienne les fera fleurir de nouveau.

3 raisons de guetter la tournée du spectacle les Coquelicots des tranchées

1 – Formidable moyen de célébrer le centenaire de la grande guerre, cette saga nous fait vivre au rythme d’une famille qui traverse l’une des périodes les plus sombres et les plus inspirantes de notre histoire.
2 – Les comédiens sont très justes, chacun d’eux trouvant une partition à la hauteur de son talent et parvenant à enchaîner 3 ou 4 rôles différents.
3 – La mise en scène est percutante, ultra-dynamique, quasi cinématographique. Merci, cher Xavier Lemaire, d’avoir su nous transmettre votre passion pour cette sale guerre.

INTERVIEW


ELECTRONIC KIT PRESS